Comme on nous parle en direct de Rabat (7 mars 2014)
Comme on nous parle en direct de Rabat (7 mars 2014) © Anne Audigier

Dans le cadre du Festival Etonnants Voyageurs qui a lieu à Rabat et Salé au Maroc du 6 au 9 mars 2014,

Pascale Clark reçoit en direct de Rabat :

le poète et écrivain, Abdellatif Laâbi.

son dernier ouvrage : Un autre Maroc au éditions de la différence paru en 2013 :

Résumé de l'éditeur : "Abdellatif Laâbi ne cesse de réclamer la démocratie dans son pays, le Maroc. Après le régime autoritaire de Hassan II durant lequel il a passé de longues années en prison, un immense espoir est né avec l’accession au trône de Mohammed VI. Mais Laâbi comme le peuple tout entier ont rapidement déchanté. Le nouveau roi et une oligarchie obéissante se sont emparés du pouvoir, réduisant les organes d’un fonctionnement démocratique (parlement, partis politiques, syndicats) à des coquilles vides. Certes, la presse paraît plus libre qu’auparavant mais c’est à sa médiocre audience qu’elle doit la relative clémence dont elle jouit. Les institutions sont faibles, les intellectuels méprisés et le roi régit son pays comme s’il s’agissait d’une propriété privée. Quelle influence les « révolutions arabes » en Tunisie, en Égypte vont-elles avoir sur cet état de fait ? Abdellatif met ses espoirs dans une nouvelle constitution et dans une prise de conscience des générations montantes. Cette adresse au peuple marocain se veut confiante."

la journaliste et réalisatrice, Hind Meddeb

Elle vient de signer un très beau documentaire, Electro Chaâbi , tourné dans les bidonvilles du Caire, où la jeunesse danse au son de cette nouvelle musique qui fusionne chanson populaire, beats électro et freestyles de rap. Elle termine actuellement le montage de son prochain film, Prison à ciel ouvert , ou comment les rappeurs tunisiens contribuent activement à la naissance de la démocratie dans leur pays. Elle s’est récemment publiquement engagée aux côtés de Weld El 15, condamné pour outrage à la police après un concert donné en août 2013.

le rappeur Phénix

Jeune rappeur tunisien, Phenix, de son vrai nom Abdesslem Naouali, est l’un des fers de lance du mouvement musical contestataire du pays. Membre du collectif "el Gamah" qui tague sur les murs de Tunis le message "Anarchy’s back", il propage à travers le pays son cri de révolte, usant du hip-hop comme vecteur de ses revendications politiques.

le réalisateur Hicham Lasri

son second long-métrage, C’est eux les chiens , film tourné sur le mode du faux reportage en caméra embarquée, racontant l’histoire de Majhoul qui vient de passer 30 ans en prison. Libéré pendant le Printemps arabe, il entame une folle traversée de Casablanca dans un Maroc au bord du chaos. Pour dire la colère d’un peuple, la caméra de Hicham Lasri bouge beaucoup afin de rendre le long-métrage inconfortable pour les spectateurs.

La bande-annonce du film de Hicham Lasri C'est eux les chiens

Le teaser d'Electro Chaâbi :

Les liens

"Elecrtro Chaabi" un documentaire de Hind Meddeb Dans les bidonvilles du Caire, la jeunesse danse au son de l’électro chaabi, nouvelle musique qui fusionne chanson populaire, beats electro, et freestyles scandés à la manière du rap, créant une sorte de chaos musical. Les paroles, histoires de filles et de garçons, de drogue, de football et beaucoup de politique, reflètent parfaitement la situation politique et sociale de l’Egypte d’après la révolution et l’aspiration d’une grande partie de la jeunesse populaire à se libérer des tabous et des interdits de la religion et de la société égyptienne.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.