Comme un bruit qui court fait sa rentrée avec patrons et ministres pour les 20 ans du Medef, et l’économiste Thomas Porcher qui nous explique pourquoi ils font la fête.

Medef, université d'été 2018
Medef, université d'été 2018 © Radio France / Le Medef

C’est devenu le coup d’envoi des rentrées politiques et sociales, la grand-messe des premiers de cordées ET un marronnier journalistique : l’Université d’été du Medef donne le « la » des politiques économiques. Raison de plus de s’y retrouver cette année, alors qu’elle fête ses 20 ans.

Le Conseil National du Patronat Français (CNPF) avait voulu dépoussiérer son image avec Ernest-Antoine Sellière en devenant, en 1998, le Mouvement des Entreprises de France, qui sonnait moins « lutte des classes ». Le Medef fut ensuite dirigé par Laurence Parisot, Pierre Gattaz et depuis cet été Geoffroy Roux de Bézieux, qui tous n’ont eu de cesse de répéter à des ministres toujours plus nombreux les prescriptions des entrepreneurs. Et, même si l’on se retenait de trop crier victoire cette semaine dans les travées du campus d’HEC, beaucoup de patrons ne cachaient pas leur satisfaction : une grande partie de leurs revendications sont devenues ces dernières années des lois. Même si ce n’est jamais assez…

C’est pourquoi nous sommes allés retrouver l’économiste Thomas Porcher, membre des Économistes Atterrés (dont le « Traité d’économie hérétique » en est à sa 6ème réédition chez Fayard), pour nous aider à décrypter la profonde orthodoxie des politiques de la Start-up Nation.

Un reportage de Giv Anquetil.

Programmation Musicale

"La voix off" L'appel à la Grève 

"Polemix" L'appel à la Grève

Les liens 

Attac fête ses 20 ans !

Traité d'économie hérétique, Thomas Porcher

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.