Rencontre avec un jeune français qui a pris les armes pour défendre ses idées.

Forces armées kurdes.
Forces armées kurdes. © Firat Agiri

On a beaucoup parlé de ces Français qui sont partis en Syrie rejoindre l’Etat Islamique mais beaucoup moins de ceux qui sont partis les combattre auprès des Kurdes. André Hébert est l’un d’entre eux. Jeune militant communiste issu de la bourgeoisie parisienne, il avait 24 ans quand il a décidé de tout quitter pour partir en Syrie défendre la révolution en cours au Rojava, les armes à la main. Dans cette région autonome de l’est de de la Syrie, les Kurdes ont mis en place, au milieu du chaos syrien, un système politique basé sur les principes du confédéralisme démocratique qui prône la démocratie directe, le partage des richesses et du pouvoir politique entre les minorités ethniques et religieuses, en plus d'un féminisme radical.

Combattantes et combattants du YPG, YPJ unités de protection du peuple et des femmes, Syrie.
Combattantes et combattants du YPG, YPJ unités de protection du peuple et des femmes, Syrie. / Wikipedia Commons

Pendant 15 mois, André s’est battu dans diverses unités du YPG (Unité de Défense du Peuple), la branche armée du Parti Démocratique Syrien. D’abord au sein du Bataillon International, qui regroupe des militants anarchistes et communistes du monde entier, puis dans une unité de sabotage (génie militaire), et enfin dans une unité Arabe pendant la bataille de Raqqa, où il a participé à la libération de la capitale de l’Etat Islamique. 

Raqqa, Syrie.
Raqqa, Syrie. © Radio France / André Hébert

Aujourd’hui, la lutte des Kurdes, soutenue par la coalition, a été victorieuse et le Califat est tombé en Syrie. Mais de lourdes craintes pèsent sur le Rojava : menacé de toute part par les armées de Recep Tayyip Erdoğan et de Bachar Al Assad qui voient d’un mauvais œil la poursuite de cette utopie concrète, les Kurdes craignent d’être abandonnés par la coalition, maintenant que leur ennemi commun a été vaincu. Un abandon qui ne manquerait pas de favoriser la résurgence d’un nouvel État Islamique dans la région.

Itinéraire d'André Hébert à la frontière turque.
Itinéraire d'André Hébert à la frontière turque. / André Hébert

André, lui, est rentré en France. Il continue le combat révolutionnaire, non plus les armes mais la plume à la main.

Un reportage de Charlotte Perry. 

Couverture du livre "Jusqu'à Raqqa" d'André Hébert
Couverture du livre "Jusqu'à Raqqa" d'André Hébert / Editions Belles Lettres

Programmation musicale 

Reşko - "Hakan Yeşilyurt" (chantée par une combattante kurde)

Bijî Ypg - "Şoreşa Waşukanî" 

Les liens

"Carnet du Rojava" Ballast 

"Jusqu'à Raqqa, avec les Kurdes contre Daech" André Hébert - Collection Mémoires de Guerre - Les Belles Lettres

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.