Calais : Migrants au pied de la muraille du Nord

Le gouvernement britannique va débourser 15 millions d'euros pour renforcer la sécurité sur le port de Calais
Le gouvernement britannique va débourser 15 millions d'euros pour renforcer la sécurité sur le port de Calais © Radio France / Yann Gallic
Chaque soir, les associations calaisiennes distribuent des repas aux migrants
Chaque soir, les associations calaisiennes distribuent des repas aux migrants © Radio France / Yan Gallic

En ces temps de pessimisme ambiant, il n’y a pas que des mauvaises nouvelles !

A CUBQC, nous avons cherché et trouvé un domaine dans lequel la France est performante. Oui performante !

Et il y en a un. La lutte contre l’immigration illégale.

50 000 expulsions l’année dernière, un record, 45 000 personnes placées en centre de rétention, une baisse des demandes d’asile alors qu’elles augmentent partout ailleurs en Europe – signe du durcissement des procédures – mais surtout, un français nommé à la tête de l’agence européenne FRONTEX, Cocorico !!!

FRONTEX, vous ne connaissez pas ? C’est l’organe de surveillance des frontières extérieures de l’Union européenne !

Une agence dotée d’une force militaire, de sa propre diplomatie et d’un budget annuel de 100 millions d’€ pour lutter contre les flux migratoires.

Car il s’agit bien pour les gouvernements de contrer cette menace, au même titre que l’on combat le terrorisme. Technologies de pointes : vidéosurveillance, détecteurs de dioxyde de carbone, scanners géants, prélèvements d’empreintes et déploiement policiers.

Direction l’Europe barbelée, à 2 pas de chez nous, dans le Nord, à Calais…

Un reportage deGaylord Van Wymeersch

Pour en savoir plus:

http://missingmigrants.iom.int/sites/default/files/missingmigrants/missingMigrants.swf

http://www.gisti.org/index.phphttp://www.migreurop.org/http://www.lacimade.org/

Mexique : L'appel d'Ayotzinapa

Mexique - Réunion
Mexique - Réunion © Radio France / Antoine Chao
Mexique - manifestations
Mexique - manifestations © Radio France / Antoine Chao

Il en manque 43 à l’appel, à l’appel de l’école d’Ayotzinapa au Mexique.

Il en manque même 7 de plus depuis 2011, mais ceux là, on sait où ils sont, on sait qu’ils ont été abattus par la police en toute impunité.

Être pauvre au Mexique ou noir aux Etats-Unis peut avoir le même genre de conséquence dramatique.

Mais aujourd’hui, c’est la fête à Chilpancingo, capitale de l’Etat de Guerrero au mexique. Et à grand renfort de pétards et de fusées d’artifices on célèbre en ce samedi 22 novembre “ La virgen Santa Cecilia”, La vierge Sainte Cecile, patronne des musiciens mexicains. Toutes guitares dehors, les paroles des corridos, chansons sociales populaires, racontent le Mexique, le meilleur et le pire. Sur les étals des vendeurs ambulants de Chilpancingo, les corridos de la révolution côtoient les narco-corridos.

Bienvenue au Mexique, Eldorado du narco-libéralisme, mais ou la résistance s’organise.

Un reportage d'Antoine Chao

Mexique - Corrido
Mexique - Corrido © Radio France / Antoine Chao
Mexique - Atenco
Mexique - Atenco © Radio France / Antoine Chao

Irma Sandoval

http://revoluciontrespuntocero.com/ayotzinapa-y-la-privatizacion-de-los-aparatos-represivos/

Traduction de Ramon Chao ici

John Ackerman

http://soberaniapopularmx.blogspot.fr/2014/11/mexico-no-tiene-presidente-30-de.html

#LuxLeaks : cas de conscience au Luxembourg

Quand quelques luxembourgeois osent s'élever contre l'évasion fiscale... dont profite leur pays

Gare du Luxembourg
Gare du Luxembourg © Radio France / Giv Anquetil

Le mois dernier la presse internationale a sorti le scoop, preuves à l’appui, du rôle du Luxembourg dans la finance off-shore. Des accords secrets garantissant aux grandes multinationales un havre fiscal - parfois moins de 1% d’impôts, pour des milliards d’euros qui échappent aux Etats, et donc aux citoyens.

Alors quand l’affaire LuxLeaks éclate, c’est tout le Grand-duché qui serre les rangs. Déni pour certains, inconfort pour d’autres, cas de conscience pour quelques uns. C’est vrai qu’ici, on n’a pas pour habitude de se demander comment 160 sociétés internationales peuvent parfois occuper les mêmes bureaux d’un modeste bâtiment de trois étages...

Mais certains osent dénoncer l’hypocrisie ambiante, comme Benoit Majerus, prof d’histoire à l’Université, qui a co-écrit une tribune/manifeste dans le quotidien conservateur Luxemburger Wort. Son titre: Pas en notre nom. Son constat: “Nous devons nous rendre compte que notre Etat de droit a été piraté par des intérêts financiers”. Et voilà que tout doucement, quelques voix comment à oser poser le problème: “ce qui a été fait en notre nom n’est pas honnête, ce qui est légal n’est pas toujours juste”.

Avec lui, nous traversons ce paradis fiscal, pour aller assiter à une réunion organisée par quelques rares Luxembourgeois qui se demandent comment mettre -enfin- la finance au service de l’intérêt général.

#Pas En Mon Nom , le manifeste de Benoît Majerus et Luc Dockendorf publié dans le Luxemburger Wort du 24 novembre dernier, en français ici.

Un reportage de Giv Anquetil

Programmation musicale

L'Europe de Frontex - La parisienne libérée __ voir le clip

Latinoamérica - Calle 13 voir le clip

Revolucion - Mexican Institute Of Sound voir le clip

Down Town - Los de Abajo

Les liens

Radio-it-Yourself

Comme un bruit qui court - rejoignez-nous sur Facebook

Comme un bruit qui court sur Twitter

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.