A Marseille, une assemblée citoyenne s’oppose à la disparition du marché populaire du quartier de la Plaine et à Romainville, des riverains de la forêt de la Corniche des Forts résistent à la destruction de ce biotope improbable à 2 km de Paris.

Déforestation à Romainville.
Déforestation à Romainville. © Rose Lecat

Deux exemples de requalification des quartiers populaires qui attisent l’appétit des promoteurs et des aménageurs au détriment des arbres qui sont tronçonnés  et des habitants pauvres qui seront relégués toujours plus loin dans les périphéries urbaines. 

Opposition au projet de construction d'une île de loisirs à Romainville
Opposition au projet de construction d'une île de loisirs à Romainville / Rose Lecat

La forêt de la Corniche des Forts à Romainville se situe d'ailleurs en contre-bas de la cité Gargarine, menacée d'expulsion. Sur les 27 hectares de cette forêt naturellement formée sur les ruines d'une ancienne carrière de gypse, 8 seront rasés pour être tranformés par la Région Ile-de-France en Ile de loisirs avec poney club, mur d'escalade etc...

Forêt de la Corniches des Forts, à Romainville.
Forêt de la Corniches des Forts, à Romainville. / Rose Lecat

Entamé le 8 octobre dernier, le chantier s'est imposé sans la moindre concertation des riverains, ni aucune étude écologique indépendante sur l'impact d'une tel projet.

Un reportage d'Antoine Chao. 

Les liens

"Risque d'effondrement à Romainville" Sylvain Piron

Être forêts. Habiter des territoires en lutte. Jean-Baptiste VIDALOU (Ed. La Découverte)

Valérie Pecresse invitée sur France Bleu. Ses réactions sur Romainville autour de 17 min. 

Crime climatique stop ! : L'appel de la société civile, Collectif (Ed. Seuil)

Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque »‪ Anne Steiner(Ed. L'Echappée)

Contrées : Histoires croisées de la zad de Notre-Dame-des-Landes et de la lutte No TAV dans le Val Susa, Collectif Mauvaise Troupe (Ed. L'Eclat)

Programmation Musicale 

"Tweet Tweet" Abraham INC

"La petite planète", "La grande lessive" & "Obstination" Catherine RINGER, Chroniques et fantaisies 

FOCUS : A Marseille la coupe est Plaine

Annoncé depuis des années, le grand chantier à 20 millions d’euros de la place de la Plaine — la plus grande place de Marseille — a débuté le 11 octobre dernier pour « requalifier » et faire « monter en gamme » ce quartier populaire. Au programme : réduction du marché et implantation de terrasses de brasseries huppées.

Sauf que beaucoup de Marseillais, réunis en « Assemblée populaire de la Plaine », s’opposent à l’abattage des arbres et la profonde modification de ce lieu de vie et de sociabilité pour laquelle la municipalité a limité ses consultations au strict minimum légal.

 Le "mur de la honte" érigé par la Soleam, à Marseille.
Le "mur de la honte" érigé par la Soleam, à Marseille. © Radio France / Giv Anquetil

Du coup, le chantier prenant du retard avec les blocages et les manifestations de riverains mécontents, la Ville grâce à la Société locale d’équipement et d’aménagement de l’aire métropolitaine de Marseille (Soleam) a fait condamner toute la place avec un mur de béton de 2,5m de haut au coût magistral de 390 000€.

Et cette semaine, la colère est montée d’un cran à Marseille après l’effondrement d’immeubles insalubres dans le quartier tout proche de Noailles, causant la mort de 8 personnes. Pour beaucoup la coupe est Plaine : c’est dans cet habitat vétuste que l’argent devrait être réinvesti, pas pour la gentrification de la ville. 

Un reportage de Giv Anquetil.

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.