Depuis le mois d’octobre, les travailleurs sociaux du Nord se mobilisent pour dénoncer les mesures d’économies qui frappent la protection de l’enfance.

Action du collectif "Dégradé" devant le Conseil Départemental du Nord, Lille.
Action du collectif "Dégradé" devant le Conseil Départemental du Nord, Lille. © Radio France / Charlotte Perry

Réunis au sein du « collectif dégradé », les travailleurs sociaux du Nord accusent le Conseil Départemental d’avoir supprimé 700 places en foyer depuis 2015, laissant les enfants qu’il est censé protéger sur le carreau. Ballottés de foyers d’urgence en familles d’accueil provisoires, certains restent parfois même au domicile familial, malgré les ordonnances de placement des juges pour enfants.

Action du collectif "dégradé" devant le Conseil Départemental du Nord, Lille.
Action du collectif "dégradé" devant le Conseil Départemental du Nord, Lille. © Radio France / Charlotte Perry

Mais pour le président du Conseil Départemental du Nord, Jean René Lecerf, il faut favoriser le remaillage familial, comme le prévoit la loi de 2007, et faire baisser le nombre de placements. Car le département détient le record d’enfants placés en France (plus de 10 000), ce qui coûte beaucoup plus cher que des mesures d’accompagnement à domicile. Et l’heure est aux restrictions budgétaires et aux économies.

Partie des UTPAS (Unités Territoriale de Prévention et d’Action Sociale) de Tourcoing et de Roubaix, la contestation s’est rapidement étendue sur tout le territoire des Hauts de France pour dénoncer une politique qui met les enfants en danger, et un « département bourreau d’enfants ».

Illustration du collectif
Illustration du collectif / Dégradé

Dans le Nord, où la population continue de payer le prix de la désindustrialisation, et où la pauvreté touche jusqu’à 46% des familles, les enjeux sont énormes pour tenter d’enrayer la reproduction de schémas familiaux souvent empreints de violence

En plaçant les enfants, l’Aide Sociale à l’Enfance a vocation à leur offrir un avenir meilleur et à faire cesser la répétition du malheur. Mais les défaillances de l’institution et le manque de moyens humains font qu’aujourd’hui 40% des enfants qui en sont issus se retrouvent à la rue à leur majorité.

Rencontre avec Marie, éducatrice à l'Aide Sociale à l'Enfance de Tourcoing, et Rebecca, en fugue chez sa mère, faute de place stable en foyer.

Un reportage de Charlotte Perry.

Les liens

La page Facebook du Collectif Dégradé

Portrait de Marie, éducatrice à l'ASE de Tourcoing, par Christine Alm (vidéo)

Pauvreté : évolutions sociales du territoire et trajectoires individuelles (Rapport sur la pauvreté dans la métropole Lilloise - Mars 2018)

"Une marche des oreilles" pour la maternité du Blanc du 1er au 16 décembre.

Programmation musicale

"Protection de l'enfance" Dooobeul

"Qui m'aime me suive" La Gale 

"Mes grands-parents" Orelsan

FOCUS : A genoux, les mains derrière la tête

Mardi dernier, le 11 décembre c’était #MardiNoir !

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.