Le paysan, le stade et les truands

Grand stade Lyon
Grand stade Lyon © Radio France / Charlotte Perry

Dans la série des grands projets inutiles et imposés, il y a le scandale du grand stade de Lyon.

Inauguré en grande pompe samedi dernier à Décines-Charpieu, en bordure de l’agglomération lyonnaise, le grand stade de Lyon est la fierté de Jean Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais, qui porte ce projet contre vents et marées. Dix ans de batailles judiciaires pendant lesquelles se sont affrontés les associations opposées à ce projet et le Grand Lyon.

Plus qu’un stade de foot, c’est OL Land, une sorte de Disneyland du football business, qui verra le jour si le projet final aboutit : des hôtels, des boutiques, des espaces pour les entreprises, bref un vaste complexe immobilier entièrement privé et dont sera propriétaire le club de l’Olympique Lyonnais, une première en France.

Mais pour que pour que ce projet aboutisse c’est plus de 100 hectares de terres agricoles qui vont disparaitre sous le béton. Des terres agricoles rachetées 1 euro du mètres carrés aux expropriés, revendues 40 à l’Olympique Lyonnais par le Grand Lyon, et qui en vaudront 350 une fois le complexe achevé. Une belle opération de plus-value immobilière sur le dos des habitants.

Alors que les 80 expropriés ont finalement cédé, à bout de force, un paysan lutte encore et toujours. Et bien que la nouvelle route qui mène au stade et qui coupe son exploitation en deux soit achevée, Philippe Layat refuse toujours l’argent de l’expropriation (165 000 euros) et continue les recours en justice contre le Grand Lyon.

Un reportage de Charlotte Perry

Programmation musicale :

La Canaille : La colère

Frédéric Fromet : Shoote shoote shoote

Philippe Layat
Philippe Layat © Radio France / Charlotte Perry

Grand stade Lyon
Grand stade Lyon © Radio France / Charlotte Perry

Liberté d’expression au Lycée Le Corbusier d'Aubervilliers

Etienne Lecroart
Etienne Lecroart © Etienne Lecroart

Reportage cette semaine au lycée Le Corbusier à Aubervilliers.

A l’initiative de Damien Boussard, prof d’histoire-géo et dans le cadre de l’enseignement moral et civique (EMC), rencontre entre des élèves en classe de seconde et terminale et le dessinateur Etienne Lécroart, à l’occasion de la sortie du livre « Liberté d’expression : A-t-on le droit de tout dire ? ».

Un livre destiné aux adolescents, citoyens en devenir, qui, en explorant les limites, les zones d’ombre et les hypocrisies de la liberté d’expression, leur permettra d’y voir plus clair et d’exercer leur esprit critique en se posant les bonnes questions...

Un reportage d'Antoine Chao

Musique: Batlik - Pitiot : 657 kilomètres

« Liberté d’expression : A-t-on le droit de tout dire ? » Editions la ville brûle 36 rue Parmentier - 93100 Montreuil

Textes : Daniel Schneidermann Illustrations : Étienne Lécroart

Afficher l'image d'origine

Daniel Schneidermann est journaliste, spé­cialisé dans l’analyse des médias. Créateur de l’émission Arrêt sur Images, il dirige au­jourd’hui le site du même nom.

Étienne Lécroart est dessinateur de BD et de presse, membre de l’Oulipo et membre fonda­teur de l’Oubapo. Il est l’auteur de nombreux ouvrages parus à l’Association, et a illustré Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus en plus riches... de Monique et Michel Pinçon- Charlot, paru en 2014 dans la même collection.

Le site d'Etienne Lécroart

Les liens

Comme un bruit qui court - rejoignez-nous sur Facebook

Comme un bruit qui court sur Twitter

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.