Camille Senon, la vieille dame qui a dit "non" a Manuel Valls, et retour sur les traces des étudiants disparus d’Ayotzinapa au Mexique.

Camille Senon
Camille Senon © Radio France / Charlotte Perry

Camille Senon, une vie de luttes et d'engagement

Camille Senon, 91 ans, a été de toutes les luttes. Rescapée du tramway d’Oradour sur Glane, elle continue inlassablement de raconter cette page tragique de l’histoire. Par devoir de mémoire, mais aussi, et surtout, pour sensibiliser la jeunesse et l’inciter à rester vigilante. Syndicaliste de toujours, la vieille dame a consacré sa vie au militantisme : des luttes pour les droits des femmes à celles pour l’amélioration des conditions de travail, une vie passée à la tête de la Fédération CGT des Chèques Postaux. Alors, quand Manuel Valls l’a informée en mai dernier qu’elle était nommée, à sa demande, au grade de commandeur dans l’Ordre national du mérite, Camille Senon n’a eu d’autre choix que de refuser la prestigieuse décoration. En pleine mobilisation contre la loi travail, l’accepter aurait été renier sa vie d’engagement

Un reportage de Charlotte Perry

Musiques

Gam "Avec toi avec elle"

Les ogres de Barback avec Daniel Mermet "Tant qu'il y aura des hommes"

Pour en savoir plus , l'ouvrage de Guy Perlier : "Camille Senon, aurai-je assez vécu pour tout ceux qui sont morts?" aux Editions "Les Monédières"

AYOTZINAPA 2 ANS "Mémoire à vif des disparus d’Ayotzinapa"

Deux ans après leurs disparitions, toujours pas le moindre indice tangible pour connaître le sort des 43 étudiants d’Ayotzinapa, par contre beaucoup d’interrogations sur le rôle joué par l’armée, le 27ème bataillon d’infanterie d’Iguala, qui était sur place.

Les familles des 43 réclament la Vérité, une grosse mobilisation est prévue lundi 26 septembre à Mexico, date anniversaire, pour que justice soit faite, sur ce drame emblématique de l’état de corruption qui gangrène et terrorise le pays, alors que les autorités continuent de brouiller les pistes et que l'enlèvement est devenu une activité florissante.

A Iguala, o ont disparus les 43 étudiants, à 2 heures de route de Mexico, malgré l’omerta qui règne, un groupe de recherche de fosses clandestine a décidé, en novembre 2014, de rompre le silence et de passer à l’action, nous y étions. Malheureusement, le crime organisé continue ses basses besognes. Miguel Angel Jimenez que l’on accompagnait pendant ce reportage a été assassiné, huit mois plus tard dans son taxi, Il était lutteur social et chauffeur de taxi.

@Antoine Chao
@Antoine Chao © Radio France

Un reportage d'Antoine Chao

Musiques

Lhasa De Sela "Con Toda Palabra"

Changüí Majadero "Changüí pa’ Ayotzinapa"

@Antoine Chao
@Antoine Chao © Radio France
@Antoine Chao
@Antoine Chao © Radio France
@antoine Chao
@antoine Chao © Radio France

Pour en savoir plus :

A Paris, projection du documentaire Mirar Morir : https://www.facebook.com/events/140460273069690/

Un article de Libération : http://www.liberation.fr/planete/2014/11/19/a\-iguala\-tu\-te\-ranges\-ou\-tu\-meurs\_1146471

Sur la BBC : http://www.bbc.com/mundo/noticias/2015/08/150810\_mexico\_desaparecidos\_fosas\_iguala\_testimonios\_jp

Rapport d’Amnesty international : http://www.amnesty.fr/Presse/Communiques\-de\-presse/Mexique\-Un\-nouveau\-rapport\-sur\-les\-disparitions\-Ayotzinapa\-montre\-la\-determination\-du\-gouvernement\-e\-18221?prehome=0

Rapport Groupe interdisciplinaire d’experts indépendants de la Commission interaméricaine des droits de l’Homme / ACAT : https://www.acatfrance.fr/communique\-de\-presse/ayotzinapa\-\-\-le\-groupe\-dexperts\-independants\-doit\-pouvoir\-poursuivre\-ses\-travaux

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.