Fusillée le 1er septembre 1936 par les franquistes, la journaliste et intellectuelle française Renée Lafont est sur le point d'être exhumée à Cordoue, plus de quarante ans après la fin de la dictature espagnole.

Cimetière de la Salud, Cordoue, Espagne. Janvier 2019.
Cimetière de la Salud, Cordoue, Espagne. Janvier 2019. © Radio France / Antoine Chao

A Cordoue, ville d'Andalousie où la répression franquiste contre les républicains a été particulièrement féroce, les associations de récupération de la mémoire historique et les familles des victimes du coup d’état franquiste, après une trop longue bataille ont déterré les fantômes du passé, en obtenant pour la première le droit de chercher et d’ouvrir les tombes clandestines et fosses communes où se trouvent les corps quelques milliers de corps de victimes assassinées.

Femme de lettres, traductrice et grande hispaniste, la reporter Renée Lafont est envoyée sur le Front Républicain pour le journal le Populaire de Léon Blum. Elle est arrêtée et fusillée par les franquistes, le 1 septembre 1936 et est très certainement la première femme journaliste tuée dans l'exercice de sa profession.

Cimetière de la Salud, Cordoue, Espagne.
Cimetière de la Salud, Cordoue, Espagne. © Radio France / Antoine Chao

Sa dépouille serait, selon des témoignages, enterrée dans une des fosses commune d'un des cimetières de Cordoue avec les centaines de républicains « disparus » pendant la guerre, assassinés lors de « croisades » d’extermination.

En France comme en Espagne, un collectif d'associations réclame que le corps de Rénée Lafont, symbole de féminisme et de liberté soit exhumé et rapatrié en France, avec les hommages dus à son engagement antifasciste.

En 2007, une timide loi sur la mémoire historique a été votée sous le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero, visant à la reconnaissance des victimes de la guerre d'Espagne (1936-1939) et de la dictature franquiste « pour que soient reconnus et étendus les droits et que soient établis des moyens en faveur de ceux qui ont souffert de persécution ou de violences durant la guerre civile et la dictature ». 

Mais aujourd’hui, il est encore difficile de retrouver et d’exhumer les corps de la centaine de milliers de républicains assassinés et ensevelis dans des fosses communes. Et le retour de l’ extrême droite au gouvernement  Andalou (Vox) réveille de vieux démons… qui ont hanté les 40 années d’une démocratie bien ficelée par un dictateur mort dans son lit de caudillo ! 

Un reportage d'Antoine Chao. 

Les liens

"Fusillée par les franquistes, l'intellectuelle Renée Lafont enfin exhumée ?" Pierre Challier, La Dépêche

"Ne fusillez pas la mémoire de Renée Lafont" Jean Ortiz, L'Humanité

"Renée Lafont info"

« ¡ CAMINAR ! »

"Mirada  - Regard sur la guerre civile espagnole" Radio Campus Toulouse

PROGRAMMATION MUSICALE

Mirada - Despedida

Lole y Manuel - Un cuento para mi niño

Miguel Poveda - "Dejadme Llorar" / Poemas del Exilio

Mirada - Garcia Lorca 

Rosalia - Malamente

Motivés - El paso del Ebro

merci à Anaëlle Verzaux pour la voix de Florentina  

''et Aurore Magnier pour les lectures de Renée Lafont 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.