Récit d’une journée de grève festive et mouvementée au Centre Médico Psychologique du XIXème arrondissement de Paris.

Rassemblement du personnel psychiatrique en lutte, Paris place de la République.
Rassemblement du personnel psychiatrique en lutte, Paris place de la République. © Radio France / Charlotte Perry

Si la psychiatrie est le parent pauvre de notre système de soins, que dire de la pédopsychiatrie ? En 10 ans le nombre de pédopsychiatres a diminué de moitié et dans certains départements l'offre de soins est inexistante.

Dans le XIXème arrondissement de Paris, le Centre Médico Psychologique (CMP) de l’avenue de Flandres accueille les enfants et les adolescents en souffrance. Mais comme partout ailleurs, le centre est saturé et les listes d’attentes ne cessent de s’allonger. Il faut parfois plus d'un an pour obtenir un rendez-vous.

Rassemblement au Centre Medico-psychologique de Flandres, 75019.
Rassemblement au Centre Medico-psychologique de Flandres, 75019. © Radio France / Charlotte Perry

Pourtant, c’est bien l’amélioration de l’offre de soins qui a présidé à la création du GHU (Groupement Hospitalier Universitaire) Psychiatrie et Neurosciences en janvier 2019. Issu de la fusion de trois hôpitaux parisiens, (Perray Vaucluse, Saint Anne et Maison Blanche) le GHU regroupe également 170 structures (CMP, hôpitaux de jour, centres d'accueil thérapeutiques), et couvre les besoins en santé mentale d'environ 2 millions de parisiens. 

Mais pour le collectif Pedopsy du XIXème en lutte, cette fusion, loin d améliorer l’offre de soins, a pour objectif de diminuer les coûts et de pousser à la rentabilité.

Personnel soignant en lutte, centre médico psychologique, Paris 75019.
Personnel soignant en lutte, centre médico psychologique, Paris 75019. © Radio France / Charlotte Perry

Mercredi 17 avril, le personnel soignant du XIXème arrondissement organisait une journée de grève festive pour informer les familles sur cette situation et tirer la sonnette d'alarme.

Car dans ce quartier jeune et populaire du Nord Est de Paris, la population est en grande difficulté économique et sociale. Les besoins sont énormes et l'on sait qu'une prise en charge tardive des troubles psychiques aggrave considérablement les difficultés des enfants puis conduit inéluctablement à plus de problèmes à l'adolescence et à l'âge adulte. Violence, endoctrinement, drogue, délinquance, c'est toute la société qui est concernée par les risques liés à cette absence de soins. 

Une mission de service public pourtant garantie par la loi de modernisation de notre système de santé de 2016 qui prévoit l'accès aux soins pour tous. 

Personnel du centre médico-psychiatrique de Flandres, Paris 75019.
Personnel du centre médico-psychiatrique de Flandres, Paris 75019. © Radio France / Charlotte Perry

Un reportage de Charlotte Perry.

Les liens

Pétition "Pour un accueil et des soins psychiques inconditionnels de l'enfant et sa famille"

Les clowns de la Compagnie des Essuyeuses de Platres 

Gaspard Glanz : « Je couvrirai les manifestations malgré les interdictions, parce que je suis journaliste » Reporterre

"En soutien à notre confrère Gaspard Glanz" Médiapart

L'appel du Collectif pédopsychiatrie du 19e

"« Gilet jaunes » : d’où vient la défiance envers les médias ?"Lætitia Béraud, Le Monde

Programmation musicale

"Promenade des schizofrènes" Comelade

"Psychostar show" Kamini

"Mon ptit loup" SOFIANE

"J'accuse" Damien SAEZ

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.