A l'occasion des 80 ans de la Retirada, s'est tenu le 9 février 2019 au cimetière du Père Lachaise à Paris un hommage aux espagnols morts pour la liberté.

80ème anniversaire de la Retirada, cimetière du Père Lachaise, Paris.
80ème anniversaire de la Retirada, cimetière du Père Lachaise, Paris. © Radio France / Antoine Chao

Il y a quatre-vingts ans, l’armée républicaine espagnole est vaincue par les troupes du général Franco et du fascisme européen coalisé. A partir de février 1939, c'est la Retirada, 500 000 républicains traversent les Pyrénées, beaucoup sont internés dans des camps de concentration du Sud de la France, comme ceux d'Argelès-sur-Mer, Rivesaltes ou Barcarès... proches de la frontière, dans les Pyrénées-Oriental. Le 1er mars 1939, le préfet du département déclare que 260.000 hommes, mais aussi des femmes et des enfants, y  sont internés.

D’une capacité prévue de 14 000 personnes, le camp d'Argelès atteint un total de 87 000 réfugiés en mars 1939 et ce sont 110.000 réfugiés qui vont s’y entasser entre le début du mois de février et la fin du mois de juin 1939.

Hommage aux victimes de la Retirada, cimetière du Père Lachaise, Paris.
Hommage aux victimes de la Retirada, cimetière du Père Lachaise, Paris. © Radio France / Antoine Chao

C'est ainsi que le gouvernement Daladier de l’époque entendait accueillir les « Rouges Espagnols », « los rojos »  et avec le régime de Vichy ce sera bien pire. Nombreux sont ceux qui seront déportés à Mauthausen, les triangle bleus marqués de la lettre S pour "Rotspanier" et n'en reviendront pas.

Le 9 février dernier, en 2019, une commémoration s'est tenue au cimetière du Père Lachaise dans le XXème arrondissement de Paris, devant le monument de la FEDIP (Fédération Espagnole des Déportés et Internés Politiques) en mémoire de tous les espagnols morts pour la liberté. Entre 1939 et 1945 : 10 000 morts en déportation et 25 000 tombés aux côtés des troupes alliées, dans les maquis ou fusillés. 

Avec les témoignages de Antonio Cascarosa et Claude Garcia

Un reportage d'Antoine Chao 

« La Retirada ou l’exil républicain espagnol d’après guerre » dossier réalisé  par Cindy Coignard et Maëlle Maugendre de l'Association Adelante pour le Musée de l'Histoire de l'Immigration.

Mémorial du camp d'Argelès-sur-Mer

_Dos fotógrafos en Mauthausen_: Antonio García y Francesc Boix, David Wingeate Pike (Ediciones del Viento).

Les républicains espagnols dans le camp de concentration nazi de Mauthausen, Le devoir collectif de survivre. Car ils furent des premiers déportés les républicains espagnols témoignent sur ce camp de sa création à sa libération (1940-1945) Véronique Olivares et Pierre Salou

"L’UTOPIE EN EXIL : 1939-2019, LES 80 ANS DE L’EXIL ESPAGNOL"  Hommage de la CNT

A voir : No pasarán, album souvenir réalisé par Henri-François Imbert

Espace DARWIN à Bordeaux, du 8 février au 8 avril 2019 : exposition sur les « Rotspanier» ou « espagnols rouges »

Commémorations 80ème anniversaire de la Retirada au mémorial du camp de Rivesaltes

L'association 24 août 1944 pour : « Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme ».

Programmation musicale 

"La Retirada" – Susana Azquinezer

"Mauthausen" – Juan Vilato & Ricardo Garriga

"El cant dels ocells" – Pau Casals

Focus : Le retour des années 1930 ?

Agité par Emmanuel Macron puis largement relayé par les médias, le spectre des années 30 qui pèserait sur notre époque accorde au gouvernement actuel une position d'ultime rempart contre la montée des nationalismes. Quelles sont les comparaisons à faire entre les deux époques ? L'historien Gérard Noiriel fait le point.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.