Le V de la victoire pour les 595 femmes de ménages du ministère des finances à Athènes

Grece femmes de ménage1
Grece femmes de ménage1 © Radio France / Marie-Laure Coulmin Koutsaftis

Grece femmes de ménage3
Grece femmes de ménage3 © Radio France / Antoine Chao

Belle Victoire de Syriza dimanche dernier en Grèce. Le parti de gauche anti-austérité, est arrivé largement en tête des législatives anticipées en proposant d’affranchir le pays du dogme néolibéral en vigueur. Aujourd’hui nous partons à Athènes revivre cette journée historique du dimanche 25 janvier 2015, partager l’émotion, le soulagement ou l’inquiétude de celles et ceux qui étaient sortis dans les rues d’Athènes ce jour-là, à la tombée de la nuit pour connaître les toutes premières estimations du scrutin et pour vivre ensemble ce moment si particulier.

Beaucoup d’européens, des espagnols, des français, des italiens, étaient là aussi, venus pour soutenir les grecs et rêver à la construction d’une Europe plus sociale et plus solidaire. Nous rencontrerons au fil ce retour sonore, des intellectuels, des citoyens, des citoyennes et notamment les 595 femmes de ménage de l’administration publique grèque qui luttent depuis plus d’un an pour sauver leurs emplois.

Le nouveau gouvernement grec a effectivement annoncé la réintégration des 3500 fonctionnaires licenciés qui travaillaient dans les ministères, dont font partie Sophia et ses 594 camarades femmes de ménages. Mais, prudentes, elles ne lèveront le camp qu'après avoir vraiment repris le travail dans quelques semaines selon la promesse du nouveau ministre des Finances, Yanis Varoufaki.

De la joie dans la rue, mais aussi de la gravité face l’ampleur et la tâche à accomplir. Les marchés ne désarment pas comme çà.

Remerciements à Stathis Kouvelakis, Christophoros Vernardakis, Owen Jones, Fabien Perrier et Rosa Moussaoui

avec les traductions de Marie-Laure Coulmin Koutsaftis et Sylvie Gravagna

Grece femmes de ménage2
Grece femmes de ménage2 © Radio France / Antoine Chao

Grece femmes de ménage4
Grece femmes de ménage4 © Radio France

Pour la loi Macron, avec le Club des Entrepreneurs

La loi sur le Secret des affaires supprmiée de la Loi Macron après la mobilisation cette semaine sur le droit à l’information et les lanceurs d’alerte,

aura-t’elle été un chiffon rouge, une diversion pour ne pas parler de beaucoup d’autres sujets qui y sont abordés, Car les débats continuent.

Autocars, licenciements, prudhommes, privatisation, travail de nuit et du dimanche, droit syndical, greffiers, notaires et huissiers, baisse de la fiscalité des actions… difficile pour beaucoup d’y voir clair dans les grandes lignes, et encore plus dans les petits caractères.

Prennez par exemple le changement prévu de l’article 20-64 du Code civil. Ca ne vous dit rien comme ça, mais d’après Gerard Filloche qui le détaillait sur le site la-bas.org, cela pourrait signifier je cite “le recul le plus spectaculaire du droit du travail depuis le programme du CNR”, la fin de pans entiers du droit du travail. Comme ça. L’air de rien, ou de si peu.

Un reportage de Giv Anquetil

Club des entrepreneurs
Club des entrepreneurs © Radio France

Reportage à Lunel

Lunel, vous en avez souvent entendu parler... C’est cette ville de l’Hérault, dans le sud de la France,

une ville de 26 000 habitants, située entre Nîmes et Montpellier, et qui est désormais mondialement connue, - jusqu’au New York Times !- pour... ses jihadistes…

Depuis le mois d’octobre, une vingtaine de jeunes lunellois (entre 18 et 30 ans) sont partis en Syrie.

6 d’entre eux sont morts. Si bien que les services de renseignements pensent qu’il y a là une filière jihadiste, et s’interrogent notamment sur l’influence éventuelle de la mosquée, dont on ne sait en fait encore rien de précis, sinon qu’elle est en partie acquise aux courants du Tabligh, un mouvement non politique qui cherche à réislamiser des personnes de culture musulmane mais détachés de la religion.

La ville est donc très surveillée...

Le 27 janvier, le GIPN et le RAID ont arrêté 5 personnes, à Lunel; soupçonnées d’appartenir à cette filière.

Mais il faut vous représenter Lunel, une ville qui ressemble à une banlieue pauvre (20 % de chômage), dont un quart de la population est immigrée. Les communautés, disloquées, s’ignorent... Le Front national prospère.

C’est dans ce climat que vivent les habitants, exaspérés par cette omni présence médiatique…

Alors partons, avec eux, comprendre ce qu’ils vivent et les questions qu’ils se posent.

Un reportage d'Anaëlle Verzaux

Je remercie vivement mon camarade de reportage Boris Perrin, Tahar Akermi (“facilitateur”), Jacques Choukroun (historien), Amit Bellicha, enseignant au lycée Louis Feuillade, Pascal Gomez, Colas, Rachida...

et la petite bande de jeunes rencontrés près de leur cité.

Programmation musicale :

Soviet Suprem - Ruiné comme athènes Voir le clip

Kenny Arkana (feat RPZ) - Le syndrôme de l'exclu Voir le clip

Manolo des Gypsies King- J'aime ma boite Voir le clip

Les liens

Comme un bruit qui court - rejoignez-nous sur Facebook

Comme un bruit qui court sur Twitter

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.