Alors que les beaux jours reviennent, beaucoup de week-end vont être consacrés aux mariages et aux fêtes ! Voici quelques conseils pour concilier fête et retours de soirées sans accrocs.

Mariage, union
Mariage, union © hellolapomme

Un événement comme un mariage ou un pacs ça se prépare. Il est important de penser aux retours de ses invités. Les mots d’ordre pour que tout se passe bien c’est : organisation et anticipation !

La question du retour doit se poser dès le début des préparatifs et si possible avant l’envoi du faire-part. Prenez toutes vos précautions, d’autant plus si le vin d’honneur et la soirée n’ont pas lieu au même endroit.

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Proposer un hébergement aux alentours ou mieux sur place (prévoir les couchages et prévenir les invités)
  • Proposer des éthylotests pour ceux qui auraient un doute sur leur alcoolémie
  • Proposer une liste de numéros de téléphone de services de taxis
  • Louer un car pour l’aller et/ou le retour
  • Autre idée : louez une voiture 6 places et payez un chauffeur ou faites payer la course aux personnes utilisant ce service

Et ne vous oubliez pas dans l’affaire : prévoyez quel conducteur sobre ou taxi vous ramènera le soir

Pendant la soirée :

On peut faire une allusion lors du discours, demander aux serveurs de ne pas pousser à la consommation d’alcool… Aux moments du départ : Si un invité a trop bu et veut repartir, la personne en charge de la question doit lui proposer :

  • d’appeler un taxi ou de le (la) faire raccompagner par un autre,
  • de le (la) faire souffler dans un éthylotest. Convenir avec lui que s’il (elle) se révèle positif, il (elle) s’engage à ne pas conduire,
  • l’héberger quand cela est possible.

Et tout faire pour l’en dissuader (jouer sur la corde sensible, la peur du gendarme…)

Quelques chiffres ainsi que les sanctions encourues :

  • De 0,5 g/l dans le sang à moins de 0,8 g/l dans le sang, c'est une contravention : amende jusqu'à 750 euros et retrait de 6 points, suspension du permis de conduire jusqu'à 3 ans en cas de comparution devant le tribunal de police.

  • A partir de 0,8 g/l dans le sang (ou 0,40 mg/l dans l'air expiré), c'est un délit : amende jusqu'à 4500 euros, retrait de 6 points (perte du permis probatoire) et suspension du permis jusqu'à 3 ans ou même annulation avec interdiction de le repasser pendant 3 ans, stage de sensibilisation à la sécurité routière, emprisonnement jusqu'à 2 ans. Jugement devant le tribunal correctionnel.

  • Dès 0,5 g/l dans le sang, le véhicule peut être immobilisé.

  • Pour un jeune conducteur : alcoolémie = 0.5 g/l (+ ou - 2 verres) = perte du permis probatoire

Par Emmanuel Renard

directeur de l'Éducation de l'association PréventionRoutière

LOGO PREVENTION ROUTIERE
LOGO PREVENTION ROUTIERE © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.