Mathias Deguelle reçoit Vénus Khoury-Ghata pour son ouvrage 'La fiancée était à dos d'âne ' (Édit : Mercure de France) accompagnée d' Isabelle Gallimard.

La fiancée  était à dos d'âne
La fiancée était à dos d'âne © Radio France

Quatrième de cuverture:

Deux jours à dos d’âne pour trouver la fiancée idéale. Jambes et bras épilés, mains teintes au henné, une fille à marier doit ressembler à un miroir. Chacune espère être l’élue et partir vivre en ville. Le désert est fait pour les hommes, leur regard croit voir des oasis avec des palmiers lourds de fruits quand les femmes ne voient que du sable sur du sable. Un regard circulaire a suffi au rabbin pour trouver l’élue. Il choisit Yudah pour son nom, une contraction de Yahuda, et pour ses yeux baissés lorsqu’il l’a regardée. Toute femme est belle pour le rabbin du moment qu’elle n’est ni manchote ni borgne. Yudah est une jeune fille juive du désert algérien. Le jour où le rabbin Haïm la choisit pour être la nouvelle épouse de l’Émir Abdelkader, sa vie bascule. Yudah rêvait de palais mais se retrouve dans un campement de tentes balayé par le vent. Occupé sur d’autres fronts, l’Émir, lui, demeure invisible. Bientôt Abdelkader rend les armes : il est débarqué avec ses généraux à Toulon pendant que le reste de ses fidèles est envoyé sur l’île Sainte-Marguerite. Yudah est de ce voyage. C’est donc en France qu’elle poursuivra sa quête, inlassablement, à la recherche d’un époux qu’elle n’a toujours pas vu... Le destin merveilleux de la jeune fille du désert se réalisera-t-il ?

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.