Pablo Larrain, jeune cinéaste hanté par le passé tragique du Chili sous la dictature, confirme avec son troisième film « No » son talent de grand cinéaste politique. Nous sommes en 88. Après 15 années de règne absolu, le général Pinochet accepte, sous la pression internationale, l’organisation d’un référendum. La coalition démocratique confie la campagne du Non à un jeune loup de la pub (remarquable Gaël Garcia Bernal ) pour qui la démocratie est un produit à vendre comme un autre. La bataille s’engage à coups de spots glamour, sexy et totalement vidés de tout contenu politique. Et la question se pose alors de savoir si le oui va l’emporter par le droit du peuple à la liberté ou par la force de frappe des médias. Intéressant non ? Et très jubilatoire. « No » a reçu maintes récompenses dont celle à Cannes de la quinzaine des réalisateurs. Il sort en salle mercredi prochain et son Auteur Pablo Larrain sera le second invité de cette Cosmopolitaine.

Mais tout de suite Shalom Auslander, le romancier américain, acclamé en France pour « La lamentation du Prépuce » premier roman hilarant suivi de « Attention, Dieu Méchant » et qui vient de publier chez Belfond « L’espoir cette tragédie » très impertinente réflexion sur la légitimité de l’art après la Shoah.

Interprète : Marie-Louise Baud

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.