Un film noir sur fond d'opéra, Captives , et un roman qui met en scène le jazzman et poète Gil Scott-Heron, La Divine chanson : en compagnie d'Atom Egoyan et d'Abdourahman A. Waberi , la musique est à l'honneur en ce début d'année cosmopolitaine.

Abdourahman A. Waberi, auteur de La Divine Chanson - Editions Zulma, en librairies le 8 janvier

La Divine chanson
La Divine chanson © David Pearson, Ed. Zulma

La Divine Chanson est un roman, un roman amoureux qui s’empare d’une vie exemplaire, celle d’un chanteur, compositeur, poète afro-américain né à Chicago en 1949, dont nul ne saurait méconnaître l’immense génie et la rude destinée : Gil Scott-Heron, réinventé ici sous le nom de Sammy l’enchanteur.

Décidément plus humain que bien des bipèdes, c’est un vieux chat roux recueilli dans une rue de Harlem qui nous entraîne, en groupie de proximité, partout où la Divine Chanson continue de tourner, à travers les ghettos noirs ou sur les scènes internationales du jazz, de New York, Paris ou Berlin – ce « grand courant électrique qui rivalise avec le Gulf Stream ».

Et ce n’est pas un moindre mérite du roman que de nous faire découvrir et aimer ce « Bob Dylan noir », depuis l’arrière-pays de l’enfance, « quelque part entre Clarksdale, Mississippi et Savannah, Tennessee », dans le solide giron de Lily, la grand-mère tant aimée, jusqu’aux années de fulgurance. Au terme de ce mémorable et bouleversant voyage, la Divine Chanson ne nous quittera plus, par la fantaisie du chat romancier.

Atom Egoyan, réalisateur de Captives , en salles le 7 janvier

Huit ans après la disparition de Cassandra, quelques indices troublant semblent indiquer qu'elle est toujours vivante. La police, ses parents et Cassandra elle-même, vont tenter d'élucider le mystère de sa disparition.

Les liens

Le Site d'Abdourahman Waberi

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.