« Rue Orlando, rue Rosario, rue San Pablo et bien d’autres : les déesses jeunes ou défraichies, grosses ou maigres, les bourrelets et les seins dehors me faisaient des signes de la main :Negrito ven ! négrito ven ! négrito ven » Le négrito qui attise les convoitises des putains de Mexico est, à l’image de son créateur Sami Tchak, un écrivain togolais dont la chair est faible et l’esprit tourmenté par le rapport entre la sexualité, le racisme, la violence et les inégalités sociales. « Les Filles de Mexico » vient de paraître au Mercure de France et Sami Tchak est le premier invité de cette Cosmopolitaine. Lili Boniche, le chanteur oriental-sentimental, comme il se définissait lui-même, fut pendant une soixantaine d’années la star de la musique francarabe, ce style né en Afrique du Nord de la passion des musulmans et des juifs pour la musique andalouse mâtinée de rythme latino, rumbas, tangos. Lili Boniche, l’inoubliable interprète de « Bambino » par exemple, ou de « Alger, Alger » est mort en Mars dernier à l’âge de 87 ans et, en hommage, nous vous ferons écouter l’entretien, chantant et riant aussi, qu’il nous avait accordé en 2OO2. Comme dans le foot français, le basket ou le volley, les équipes de rubgy sont obligées de puiser dans le réservoir métissé des joueurs étrangers. C’est le sujet auquel Caroline Osterman s’intéresse, elle m’étonnera toujours, enquête sur terrain du rugby donc, ce sera peu après 15 heures. C’est au lendemain de catastrophes que s’intéresse Aditya Assarat, un jeune cinéaste thailandais, dans « Wonderful town » son long métrage. Takua pa, après le passage du tsunami est tout ce qu’on voudra sauf une wonderful town ! Non, la part de merveilleux est cette histoire d’amour que nouent deux personnages aussi blessés ou presque que la ville qui les abrite. « Wonderful Town » sera sur les écrans mercredi prochain et Aditya Assarat est le dernier invité de cette Cosmopolitaine. Salut les amis et bienvenus, nous sommes en direct avec vous jusqu’à 16 heures.

Caroline OSTERMANN : Le club de rugby de Lons-le Saunier. Comme dans le foot, le basket ou le volley, les équipes de rugby sont aujourd'hui obligées de puiser dans le réservoir de joueurs étrangers pour gagner les bons trophées. Dans le Jura, le club de rugby de Lons le Saunier, classé en fédérale 1 (c'est un bon classement) fait appel à de nombreux joueurs fidjiens, tonguiens et sud-africains. Caroline Ostermann a enquêté sur le terrain.

invité(s)

Sami TCHAK

Ecrivain Togolais né en 1960 à Bowounda, romancier, essayiste et docteur en sociologie. « Un jour, alors que nous nous baladions, dans le quartier dit de La Zona Rosa, nous vîmes, sorties d'un cabaret, trois Mexicaines hilares, de la même taille comme issues d'une production en série. Elles avaient des petits hauts qui laissaient à découvert leurs épaules, leur dos et la moitié de leurs seins. Dès qu'elles me virent, moi, elles me déboulèrent dessus, l'une me prenant par la taille, l'autre par le bras alors que la troisième, sans vergogne, vérifiait des deux mains, mes œuvres vives. Ce qui avait excité le trio des courtes trimardeuses, c'était bien évidemment la couleur de ma peau. Elles voulaient juste me voir nu. Je devins un joujou entre leurs mains. » À Mexico, Djibril Nawo, écrivain français d’origine togolaise, intrigue. Il suscite le mépris chez les uns, la fascination et le désir chez les autres. Des bas-fonds aux quartiers huppés, Djibril arpente la ville et croise une ### programmation musicale

Bernard LAVILLIERS

Lili BONICHE

MLLE NE SOYEZ PAS CRUELLE ### Stéphane EICHER

DIMANCHE DE DECEMBRE ### DUFFY

MERCY ### Melody GARDOT

WORRISOME HEART ### IZZY

SONG TO THE SIREN ### Hubert Félix THIEFAINE & Paul PERSONNE

RENDEZ-VOUS AU DERNIER CARREFOUR ### Monguito SANTAMARIA

CRYING TIME ### Lili BONICHE

L'ORIENTAL ### Lili BONICHE

BAMBINO ### Lili BONICHE

JE CHANTERAI TOUJOURS

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.