Joe le héros éponyme du film de David Gordon Green, est un ancien taulard porté sur la boisson, les filles et la baston, qui a réussi à devenir le petit patron d’une petite société d’abattage des arbres, de façon radicale ; au moyen du poison. Jo est rongé de l’intérieur par on ne sait quel tourment ! Son passé criminel, son présent vide de sens et d’affection, ou encore le fait d’assassiner les arbres contre de l’argent. Mais voici qu’un jour, un gamin issu d’une famille de crève-la-faim et en butte à la violence de son père, vient demander aide, secours et protection à l’ancien criminel. Adapté d’un roman de Larry Brown, « Joe » est une âpre et sublime illustration de deux thèmes particulièrement chers aux Américains : Le combat entre le bien et le mal. Deux, le chemin ardu du rachat et de la rédemption, interprèté par un Nicolas Cage magistral « Jo » a reçu quantité de prix dont le Lion d’or au Festival de Venise, ainsi que le prix Mastroianni du meilleur espoir pour le jeune Tye Shéridan qu’on avait déjà vu dans « Mud ». Il sera en salle mercredi prochain et David Gordon Green nous en parle dans la seconde partie de cette Cosmopolitaine. Interprète : Marie-Louise Baud Mais, tout d’abord, le roman de Damien Echols « La vie après la mort », parue aux éditions Ring. Interprète : Marie-Louise Baud Au programme, deux œuvres ancrées dans le Sud de l’Amérique white Trash

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.