Revenu à la vie civile, Baran, ancien combatttant pour l’indépendance Kurde, Baran est nommé shérif d’un bled montagneux ; un bled livré, comme au moyen- âge, à un seigneur de guerre, dealer sanguinaire, flanqué de quelques excités de la Kalaschniknov. Et c’est aussi dans ce patelin archaïque et religieux que Govend, une insoumise, que ses frère veulent caser à tout prix, va venir diriger l’école des filles, à ses risques et périls bien évidemment, afin d’apprendre à lire et à écrire aux petites filles. Entre ces deux âmes pures, (le flic et l’instit) l’amour va naître, libre, charnel, et dangereux comme la mèche allumée d’une poudrière. Hommage revendiqué au Western, « My sweet Pepperland » de Hiner Saleem, nous raconte que non, les héros ne sont absolument pas fatigués.

Bonjour Hiner Saleem.

Mais d’abord avec vous Kebir Ammi, âme noire « le génial Imposteur » - loin d’être fatigués, les héros du monde moderne redoublent avec beaucoup d’humour - est un petit régal d’humour

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.