« C’est pas seulement à Paris, que le crime fleurit, nous au village aussi on a de beaux assassinats ». Georges Brassens. Je fais mon Ivan Levaï qui adore pousser la chansonnette quand elle est en rapport avec sa revue de presse. Moi, c’est d’un film coup de poing que je voudrais vous parler.

De « Despues de Lucia », entendez « Après Lucia », du Mexicain Michel Franco, qui vient nous rappeler tristement que la violence physique et psychologique ne fleurit pas que dans nos cours d’école. Lucia vient de mourir dans un accident de voiture. Roberto son mari et Alexandra sa fille de 15 ans emménagent à Mexico pour un nouveau départ dans la vie. Alors que tout devrait réussir à Alexandra, jolie, brillante et désireuse surtout d’aider son père à surmonter sa dépression, la jeune fille devient le souffre-douleur de ses camarades de classe, la victime sacrificielle de tortionnaires très banals, adolescents issus de familles aisées et qu’on ne saurait suspecter d’idéologie fasciste. Dérangeant, brutal et formidablement mis en scène « Despues de Lucia » a obtenu Le prix Un certain regard à Cannes. Il sort en salle mercredi prochain et Michel Franco sera le second invité de cette Cosmopolitaine.

Tout de suite et avec quel plaisir, n’est-ce pas Marie Madeleine Rigolopoulous, nous accueillons Colombe Schneck, notre collègue de France Inter pour son roman « La réparation » paru Chez Grasset. Quatrième roman ?

Interprète : Marie-Louise Baud

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.