Au cinéma « Diaz un crime d’Etat » de l’italien Daniele Vicari est le film qui nous a bouleversées, choquées, révoltées, Christine Haas et moi.

Le 22 Juillet 2001, le dernier jour du G8 de Gênes, trois cents policiers font irruption dans l’école Diaz qui abrite pour la nuit plusieurs centaines de manifestants antimondialistes. Arrêtés sans motif et conduits à la caserne Bolzaneto, une centaine de militants y subiront trois jours durant des humiliations, sévices et mêmes tortures policières. Daniele Vicari ne se contente pas d’une reconstitution historico-politique des évènements, il les recrée par le biais de la fiction, il nous fait ressentir la peur et la douleur des personnages et sans verser dans le sanguinolent, il montre avec brio l’insoutenable violence de l’Etat. « Diaz un crime d’Etat » est déjà en salle depuis mercredi et Daniele Vicari sera le second invité de cette Cosmopolitaine.

Interprète : Nathalie Ferretto

Musique : Marco Calliari : "Bella Ciao"

Et tout de suite, Sofi Oksanen pour son nouveau roman «Quand les colombes disparurent » paru chez Stock.

Interprète : Marie-Louise Baud

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.