Parlons de Michael Haneke, qui vient de réaliser un doublé historique en décrochant successivement deux palmes d’or à Cannes avec « Le Ruban Blanc » son chef-d’œuvre absolu, à mon avis, et puis « Amour » couronné aussi de L’Oscar du meilleur film étranger. Un cinéaste de premier plan donc et pourtant aucune biographie ne lui a été consacrée jusqu’ici. C’est que l’homme cultive le charme pudique du silence pour tout ce qui le touche de trop près. Mais voici que paraît un ouvrage passionnant « Haneke par Haneke » qui nous en dit long sur l’enfance, la jeunesse et les films réalisés par le grand cinéaste autrichien. Il s’est dévoilé comme jamais au cours d’une cinquantaine d’entretiens avec Michel Cieutat et Philippe Rouyer, critiques de cinéma auxquels il a même ouvert son album de photos personnel. « Haneke par Haneke », l’album illustré paraît aux éditions Stock et c’est Philippe Rouyer qui sera l’invité de cette Cosmopolitaine.

Elle avait six ans et elle allait mourir à six ans » Cest la première phrase de « D’un extrême à l’autre », le roman de Hakan Günday, l’enfant terrible et néanmoins très primé de la littérature turque. « D’un Extrême à l’autre », son septième roman mais le premier traduit en français vient de paraître aux éditions Galaade. Et Marie-Madeleine Rigopoulos, emballée, émue, choquée aussi, a absolument voulu renconter Hakan Günday, 36 ans, francophone et beau gosse par-dessus le marché.

Les références

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.