L’enfant d’en haut , le héros du deuxième film de la franco- suisse Ursula Meier , est un petit voleur de douze ans, nommé Simon. Orphelin de père et de mère, il habite avec sa grande sœur paumée dans une cité mangée par la boue et le brouillard, tout en bas d’une luxueuse, calme et voluptueuse station de ski. Tous les jours, Simon se faufile dans la télécabine, métaphore de l’élévation dans les sens géographique et social du terme qui le déposera sur son terrain de chasse aux skis, blousons, casques et gants. C’est une fable sociale oui, mais subtile et légère comme neige sur la montagne. « L’enfant d’en haut » qui a obtenu l’ours d’argent et le prix spécial du jury au festival de Berlin sort mercredi sur vos écrans et Ursula Meier sera la seconde invitée de cette Cosmopolitaine.

Mais tout de suite le roman que Cosmopolitaine aime, cette semaine et au-delà, bien sûr, s’appelle « Le serpent du Destin », il parait aux éditions Galaade , Igor STIKS bonjour et merci d’être avec nous en direct, au lieu de courir le marathon par exemple

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.