Est-ce l’union du cinéaste Yuval Adler, cinéaste israélien et du scénariste palestinien Ali Waked, qui fait la force de « Bethléem » ? C’est un film qui justement met en scène la relation complexe, perverse et affectueuse à la fois entre Razi un agent du Shin Bet et Sanfour, son informateur palestinien. En 2005, a Bethléem, territoire occupé, Sanfour, le jeune indic dont le grand frère dirige un groupe terroriste, navigue comme il peut entre la loyauté à son camp et le chantage affectif, de plus en plus pressant de Razi son mentor isralien. Et à la mort du grand frère, les deux protagonistes, le manipuleur et le manipulé se trouveront placés devant un dilemme insoluble, évidement. Thriller percutant sur fond de tragédie antique « Bethléem » a récolté le grand prix du Festival de Venise et pas moins de six récompenses en Israël. Il sort en salle mercredi prochain et ses deux auteurs, Yuval Adler et Ali Waked, seront les invités de cette Cosmopolitaine.

Interprète : Marie-Louise Baud

Mais tout de suite, j’ai l’immense plaisir d’accueillir le drôle d’auteur d’un drôle de livre monstrueux, seul de son espèce, je veux dire : « Bonjour Juan José Ferrer, de venir en direct nous parler de « Karnaval »paru aux éditions Passage du Nord-Ouest ».

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.