Je crois vraiment, depuis toujours, que le cinéma est plus fort que la vie

Le grand talent que peut avoir l'humain, c'est l'énergie. J'ai fait une douzaine de films, construit deux villes, sorti deux livres, publié 5 disques... Je passe ma vie à créer. Et je dois vous dire que je suis l'homme le plus heureux du monde

Emir Kusturica et Paula Jacques
Emir Kusturica et Paula Jacques © Radio France / Fanny Leroy
Etranger dans le mariage
Etranger dans le mariage © / J-C Lattès

Ameutez les fanfares !

Ce dimanche, Emir Kusturica le flamboyant prend ses quartiers dans les studios de Cosmopolitaine. Au détour de son dernier livre, Etranger dans le Mariage (Editions J-C Lattès), il nous conte, entre autres pépites, sa jeunesse slave, son amitié pour les gitans et son rapport au cinéma. Le tout, bien sûr, sur fond de musique endiablée.

Références des lectures

Premier extrait : Etranger dans le mariage , p. 8

Deuxième extrait : Etranger dans le mariage , p. 154

Troisième extrait : Où suis-je dans cette histoire ? , p. 8

Références des extraits vidéo

Le Temps des gitans (1989)

Underground (1995)

Références des musiques

« Daddy don’t ever die on Friday » (BOF du film Papa est en voyage d’affaires )

« Wanted man » (BOF du film La vie est un miracle )

« Drang nach Osten” (Live in Buenos Aires tiré de la BOF du film Underground )

" In the Deathcar” (BOF du film Arizona Dream interprété par Iggy Pop )

Quelques éléments biographiques

Emir Kusturica passe son enfance en Yougoslavie et part à Prague faire des études à la FAMU, l'académie du cinéma de Prague. En 1978 il obtient le 1er Prix du Festival du film étudiant de Karlovy-Vary avec son court-métrage de fin d'études, Guernica .

Tout juste diplômé, Emir Kusturica rentre dans la Yougoslavie de Tito et obtient un contrat à la télévision. Il s'affirme comme un artiste atypique qui ne rentre en rien dans le moule officiel imposé. Il réalise ainsi Les jeunes mariés arrivent (1979) sur le thème de l'inceste, interdit par le régime.

Mais Kusturica obtient une reconnaissance officielle deux ans plus tard avec son premier long métrage Te souviens-tu de Dolly Bell? , qui retrace la vie d'une famille serbe de Sarajevo. Le réalisateur reçoit le Lion d'Or de la première œuvre à la Mostra de Venise. Sa carrière internationale est alors lancée.

En 1985, c'est la Palme d'or à Cannes pour Papa est en voyage d'affaires ; un film fort, touchant et même drôle qui ressuscite le drame de la Yougoslavie des années cinquante à travers les yeux et la candeur d'un enfant dont le père a été déporté en camp de travail.

En 1988, Kusturica réalise son troisième film, Le Temps des gitans et remporte le prix de la mise en scène à Cannes. Le réalisateur s'approprie le monde tzigane et le revisite dans la fantaisie et le rêve.

Changement d'univers en 1992 avec Arizona dream , qui s'attache à décrire une société américaine déchirée entre le rêve américain et une réalité bien plus noire. Le film est un triomphe et reçoit un Ours d'argent au Festival de Berlin.

Kusturica continue à faire découvrir sa Yougoslavie à travers l'originalité de sa caméra avec Underground (1993), nouvelle Palme d'or en 1995.

Deux ans plus tard, il réalise Chat noir, chat blanc , un film délirant, qui traite à nouveau du monde des gitans mais sur un mode exclusivement comique.

Dans La vie est un miracle (2003), et comme dans tous ses films, Kusturica s'attache à l'évocation des hommes des Balkans, personnages atypiques, qui ne cessent de clamer une incompressible et presque absurde joie de vivre malgré le contexte politique.

En 2008, il revient à Cannes pour y présenter un documentaire sur Maradona, le roi argentin du football.

Emir Kusturica a réussi à s'imposer comme l'un des réalisateurs les plus originaux de sa génération. Totalement inclassable, son œuvre onirique et surréaliste est un feu d'artifice d'images et de musiques déjantées, succession de petites histoires à l'épreuve de l'Histoire et drôles jusque dans le malheur.

A l'occasion du tournage de La vie est un miracle , il construit dans les montagnes de Serbie le village de Küstendorf, à proximité de Mokra Gora. Il s'auto-proclame maire du village, devenu un véritable symbole de l'altermondialisme, du tourisme écologique et de l'enseignement du cinéma.

Evénement(s) lié(s)

Exils - Jorge Luis Borges

Les liens

Le Site du "Küstendorf Film and Music Festival"

Le Site des Editions J-C Lattès

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.