Quel intérêt de savoir que les brocolis viennent d’Asie Mineure ? A quoi bon avoir un nom ? Les adultes n’ont donc pas de temps pour l’amitié ? Est-ce que les étrangers sont toujours des étrangers à l’étranger ? Est-ce que « Un Bonheur insoupçonnable » le dernier roman de Gila Lustiger est un livre pour enfants que les adultes ont le droit de lire ou le contraire ? « C’est en tout cas un bonheur en soi que ce roman, fantasque et profond, qui démontre que pour le philosophe comme pour l’enfant, la question est toujours plus importante que la réponse. « Un Bonheur Insoupçonnable » vient de paraître aux éditions Stock et Gila Lustiger est la 1ère invitée de cette Cosmopolitaine. « Garder en soi l’esprit d’enfance tout au long de son existence est pour l’artiste le secret du progrès » soutenait de son côté N. C. Wyeth, un artiste mais aussi un aventurier téméraire qui, au début du siècle dernier, marqua l’âge d’or de l’illustration américaine. Du dernier des Mohicans à L’Île au Trésor en passant par Buffalo Bill, l’œuvre de Wyeth, ( tableaux, livres illustrés, publicités, fresques) a marqué des générations de gosses et inspiré les réalisateurs de western. Une œuvre tombée dans l’oubli pourtant que Michel Le Bris célèbre avec son habituel enthousiasme, dans un magnique album illustré. « N.C. Wyeth, l’esprit d’Aventure » vient de paraitre aux éditions Hoëbeke et Michel Le Bris est le 2ème invité de cette Cosmopolitaine. Derrière les images, derrière la vision, derrière l’histoire, il y a quelque chose dont le cinéma peut vous offrir l’expérience en de très rares occasions : une vérité extatique et vous êtes immédiatement illuminé. C’est, on s’en doute, la vérité de Werner Herzog, le plus illuminé des grands cinéastes allemands. Alors qu’on le croyait rangé des voitures, L’auteur, star dans les années 7O-8O, avec Aguirre la colère de Dieu, ou de Nosferatu le Vampire, revient en force à Beaubourg pour une rétrospective intégrale de son œuvre. Et le voici, tel qu’en lui-même, superbe et entier, au micro de Cosmopo litaine et durant une heure mes amis, c’était bien le moins, vous verrez, on ne la sent pas passer. Salut et bienvenue à vous, nous sommes ensemble et en direct jusqu’à 16 heures.

invité(s)

Werner HERZOG

Cinéaste de la démesure, Werner Herzog a construit une oeuvre dense, hétéroclite, voyageuse, en un mot passionnante, commencée au milieu des années 1960 et composée de plus de cinquante films. Né en 1942, le cinéaste allemand a grandi dans les montagnes isolées de Haute Bavière avant de partir pour l'Égypte puis le Soudan, et de réaliser son premier court métrage, à l'âge de 19 ans. Dès ses premières formes, Signes de vie, Fata Morgana, ou encore Futur handicapé, il affirme l'essence de son travail : refusant de se laisser enfermer dans la dichotomie entre fiction et documentaire, il est en quête perpétuelle d'une « vérité au-delà des faits et bien plus profonde que les faits ». De son Allemagne natale à la jungle amazonienne, de l'immensité des déserts de sable aux horizons glacés des pôles, l'infatigable voyageur Herzog traque dans l'ailleurs la dimension épique dont seront empreints les films qui l'érigeront en pionnier du renouveau du cinéma allemand des années 1970, L'Énigme d### programmation musicale

Alain BASHUNG

SUR UN TRAPEZE ### BEATLES

COME TOGETHER ### Jacques HIGELIN

TOMBE DU CIEL ### SAULE

PERSONNE ### LILICUB

ANNA ### PURA FE

WAIT TILL YOU COME BACK AGAIN

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.