En écho à "Le vent se lève", palme d'or en 2006, Ken Loach et Paul Laverty, son scénariste passionné par la cause irlandaise, persévèrent et signent avec "Jimmy's hall", une fable sociale pleine d'enthousiasme et de charme.

1932 en Irlande... L'ancien leader communiste Jimmy Gralton rentre au pays après dix années d'exil aux Etats-Unis. Assagi par l'épreuve du temps, Jimmy songe simplement à reprendre la ferme tenue par sa vieile maman. Mais il cède à la pression des jeunes du coin qui lui demandent de rouvrir le "hall", mi-dancing, mi-salle de réunion culturelle, qui lui a autrefois valu les foudres de l'Eglise. Et on dit que l'histoire ne se répète jamais ? Pendant que les habitués du "jimmy's hall" dansent le jazz, lisent Yeats et Marx, et rêvent de changer la prude et très catholique Irlande, l'archevêque et les gros propriétaires font alliance pour éradiquer l'antéchrist, danseur de jazz et marxiste de surcroit. Avec "Jimmy's hall", le maître Ken Loach nous donne à voir son humanité profonde et sa foi intacte en un monde meilleur. Loin d'être fastidieux, le message passe au son du jazz comme une fête de tous les diables. Son film sort en salle le deux juillet mais pas plus tard qu'à quatorze heures trente, Ken Loach et Paul Laverty seront les invités de Cosmopolitaine.

Interprète : Marie-Louise Baud

Au commencement était le verbe, bien avant l'image, alors c'est avec vous, Gazmend Kapllani que s'ouvre cette dernière Cosmopolitaine de la saison, pour votre roman "Je m'appelle Europe", paru aux éditions Intervalles.

Evénement(s) lié(s)

Jimmy's Hall

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.