L'émission Cosmopolitaine a été enregistrée avant les dramatiques évènements du 13 novembre. Nous publions ci dessous des extraits d'une tribune signée par l'un de nos invités, l'écrivain libanais Jabbour Douaihy, dans Le Monde des livresdatée du 20 novembre.

Jabbour DOUAIHY
Jabbour DOUAIHY © / Antoine DOYEN/Opale/Leemage

Pris à revers

Nous qui, vers la fin des années 1970, nous sommes repliés sur Paris, lorsqu’une première guerre, civile entre autres, a ravagé Beyrouth et tout le Liban, avec son lot de violences transformant les hommes en cibles à cause de leur seule appartenance communautaire.

Nous qui fixons aujourd’hui avec effroi les visages éplorés, mais si tristement familiers pour nous, des parents de victimes tombées (….) sur le coup, en réponse à l’insoutenable massacre des innocents, nous surprenons à vouloir la guerre totale, mais qui, une fois un peu revenus de la panique et de l’enfer, prions pour que la France, dans cette guerre, ne cède pas à la haine, ne perde pas ce que nous avons toujours cherché en elle, ne rétrécisse pas ce périmètre de valeurs que nous nous proposons à nous-même comme refuge…

Nous qui affrontons le paysage humain de nos villes oscillant entre misère et djihadisme islamiste de malheur, et recevons au quotidien les secousses sanglantes provenant de cet immense champ de ruine et de mort, ce vivier de terroristes qu’est devenue la Syrie voisine.

Nous qui avons suivi, abattus, en direct, qui avons vu et revu tant de fois les images et les films des attentats du vendredi 13 novembre, nous avons bel et bien senti que les attaques de Paris ont été pour nous une prise à revers, un profond coup de poignard dans le dos, militaire et moral.

Jabbour Douaih y

Jabbour DOUAIHY

Jabbour DOUAIHY
Jabbour DOUAIHY ©

Jabbour Douaihy est né en 1949, à Zhgarta (Liban Nord). Professeur de littérature française à l’Université libanaise de Tripoli, traducteur et critique à L’Orient littéraire , il compte parmi les grands acteurs culturels du pays. De 1995 à 1998, il participe aux côtés de Samie Kassir à l'aventure éditoriale de L'Orient-Express . Equinoxe d'automne ('I'tidâl al-kharîf , 1995) a été traduit en français par Naoum Abi-Rached (AMAM-Presse du Mirail, Toulouse, 2000), ainsi qu'en anglais. L'auteur a publié chez Actes Sud Rose Fountain Motel (2009),Pluie de juin (2010), nominé en 2008 pour le Booker Prize arabe, Saint Georges regardait ailleurs (2013, prix du Roman arabe) et Le quartier américain (2015).

Le quartier américain , 2015, Actes Sud

le quartier américain
le quartier américain ©

Abdel-Karim est issu d’une famille de notables musulmans, les Azzâm, qui a longtemps dominé la vie politique à Tripoli. Après des études dans un lycée chrétien, il mène une vie de patachon. On le marie à une fille de nouveaux riches ; l’affaire se solde par un divorce. Puis la guerre le propulse à Paris, où il vit une brûlante histoire d’amour avec une ballerine serbe. La soudaine disparition de celle-ci le renvoie dans sa ville natale, en plein désarroi. Là, il retrouve Ismaïl, dont la mère travaille comme femme de ménage chez les Azzâm, et qui vit dans le “Quartier américain”, l’un des plus pauvres et délabrés de Tripoli. Après l’invasion américaine de l’Irak en 2003, des prédicateurs y recrutent des candidats au djihad, et Ismaïl est chargé de mener un attentat-suicide près de Bagdad… À travers ces destins croisés, c’est l’histoire récente de toute une ville qui nous est contée, dans un roman à la fois riche et concis où rien n’est superflu. L’auteur parvient admirablement à restituer les antagonismes de classes et de générations, la décomposition de l’élite traditionnelle, les élans brisés de la jeunesse et l’irrésistible ascension de l’islamisme radical, tout en célébrant le vieux fonds de courage et de bon sens populaires qu’incarne une modeste et émouvante femme de ménage.

Sarah GAVRON

paula Jacques et sarah gavron
paula Jacques et sarah gavron ©

.

Les Suffragettes , en salles le 18/11

les suffragettes
les suffragettes ©

Synopsis :

Angleterre, 1912. Maud, une jeune femme issue d’un milieu modeste travaillant dans une blanchisserie se retrouve engagée dans le mouvement féministe des Suffragettes. Se rendant compte que les manifestations pacifiques ne mènent à rien, elle commence à se radicaliser, quitte à perdre son foyer, ses enfants ou même sa vie, dans son combat pour l’obtention du droit de vote des femmes

  • La bande annonce

.

  • Vous avez pu entendre un extrait de la bande originale du filmLes Suffragettes intitulé Oh Freedom et interprété par Trills__

Les liens

Cosmopolitaine page facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.