En partenariat avec le Théâtre de l'Odéon

Une soirée enregistrée au Théâtre de l'Odéon, le 10 février 2014, en présence d'Alain Foix , avec des textes lus par Marcel Bozonnet

Pour assister à la soirée Issac Bashevis Singer , le lundi 10 mars 2014, à 20h00, au Théâtre de l'Odéon, en présence de Florence Noiville , avec des textes lus parMichel Vuillermoz, sociétaire de la Comédie-Française

Inscrivez-vous sur Y2x1YmZyYW5jZWludGVyQHJhZGlvZnJhbmNlLmNvbQ==

baldwin
baldwin © Radio France / baldwin

James Baldwin naît en 1924 à Harlem dans un milieu défavorisé. Pendant son adolescence, il est très actif dans son église pentecôtiste. Il quitte sa mère à dix-sept ans, vit de jobs mal payés et commence son apprentissage littéraire. Son premier livre sort au début des années 40. Bien que les éditeurs rejettent son travail, ses chroniques pour des revues telles que The New Leader, The Nation, ou Partisan Review lui valent en 1948 une bourse Rosenwald. Il part pour Paris et Londres, mû par les relations tendues avec son beau-père, le racisme ambiant et des questions d'identité sexuelle. Il termine en Suisse son premier roman, La Conversion (Go Tell It On The Mountain) qui lui vaut tout de suite la reconnaissance, suivi de la pièce Le Coin des amen en 1955. La Conversion se base sur son expérience de jeune prêcheur dans une petite église. Pendant son séjour en Europe il écrit également l'essai Stranger in The Village dans lequel il raconte sa visite d'un petit village suisse, et le racisme ignorant qu'il y a ressenti. Après une dizaine d'années passées en Europe, principalement à Paris et Istanbul, il rentre aux États-Unis en 1957 pour s'impliquer dans le mouvement pour les droits civiques. Dans ses œuvres suivantes, romans et essais, Baldwin explore des thèmes hautement politiques : l'homosexualité dans La Chambre de Giovanni, et la condition des noirs - ainsi que le risque d'une explosion de violence de la part de cette communauté mise à l'écart - dans Notes of A Native Son (en référence au Native Son de Wright), Personne ne sait mon nom et La prochaine fois, le feu. En 1983 il devient professeur de littérature afro-américaine à l'université du Massachusetts. Il passe la fin de sa vie à Saint Paul de Vence en France, où il meurt d'un cancer de l'estomac en 1987.

Alain Foix , écrivain philosophe, réalisateur, chroniqueur, dramaturge, a dirigé différentes structures en Ile de France ou aux Antilles (Centre d'Action Culturelle/scène nationale de Guadeloupe). Il est sélectionné pour le Prix RFO 2007. Il dirige l'association "Quai des Arts" à Bondy. Alain Foix représente une nouvelle génération, un nouveau souffle dans la littérature française. Il refuse tout enfermement et aborde, avec une verve et une plume remarquées, des thèmes très divers aussi bien dans ses romans que dans ses essais, ses pièces de théâtre, ses ouvrages pour enfants ou ses chroniques philosophiques pour Libé.

Formé à l'art dramatique au lycée et à l'université, Marcel Bozonnet joue son premier rôle dans Le Cimetière des voitures d'Arrabal, dirigé par Victor Garcia. Il est ensuite engagé par Marcel Maréchal puis Patrice Chéreau et se perfectionne en s'initiant au chant et à la danse. De nombreuses rencontres jalonnent son parcours : Jean-Marie Villégier, Antoine Vitez, Petrika Ionesco, Philippe Adrien etc. Comme des promesses d'un avenir radieux Marcel Bozonnet poursuit son travail de comédien en passant d'un groupe à l'autre. En 1962, il rentre à la Comédie-Française pour interpréter le rôle de Victor dans Victor au pouvoir de Vitrac. Après des interprétations remarquées comme son Cinna sous la direction de Villégier ou Antiochus dans Bérénice de Racine mis en scène par Klaus Michaël Gruber, on lui propose le 476e poste de Sociétaire à la Comédie-Française en 1986. Durant 7 ans, il participe à de nombreux spectacles qui assoient sa notoriété auprès du public et des professionnels. Ainsi en 1993, il prend la direction du Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris. Il occupe ce poste jusqu'en 2001, année durant laquelle il accède à la fonction d'Administrateur Général de la Comédie-Française. Bozonnet ne tarde pas à mettre en œuvre ses propres lignes de conduite. Il fait entrer plusieurs auteurs contemporains au répertoire du Français comme Valère Novarina et Marie Ndiaye. Il fait entrer aussi le premier acteur noir dans la troupe : Bakary Sangaré. Il invite plusieurs metteurs en scène étrangers Anatoly Vassiliev, Piotr Fomenko et Bob Wilson. Il quitte la Comédie-Française en 2006 et fonde sa propre compagnie en 2007, les Comédiens-Voyageurs, en résidence à la Maison de la Culture d'Amiens (Picardie).

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.