Une jeune fille élevée dans la foi musulmane se fait avorter. Un jeune immigré découvre avec effroi son attirance pour les garçons. Un policier tombe amoureux d’une femme, une clandestine, qu’il a blessée lors d’une traque aux sans papiers. Dans Shahada, son premier film, Burhan Qurbani, croise les destins de trois musulmans berlinois tiraillés parfois jusqu’à la schizophrénie entre les préceptes de la foi musulmanes et les libertés du mode de vie occidental. Shahada, sort mercredi prochain et Burhan Qurbani sera le second invité de cette Cosmopolitaine. Vivre, partir loin, aimer plus, c’est la devise de Salim Bachi, un romancier né en Algérie et vivant un peu partout, un romancier dont l’œuvre, depuis « Les Chiens d’Ulysse » - un premier roman paru chez Gallimard - dont l’œuvre tisse des rapports subtils, iconoclastes et savants entre les cultures orientale et occidentale. Je l’ai rencontré lors d’un de ses passages à Paris, il y a quelque temps déjà, bien avant la formidable et enthousiasmante révolution des Tunisiens et ses répercussions sur l’Algérie, aussi ne soyez pas étonnés qu’il n’en parle pas.

invité(s)

Burhan QURBANI

Né en 1980 à Erkelenz en Allemagne, Burhan QURBANI est le fils d’immigrés afghans ayant fui le territoire envahi en 1979 par l’Armée Rouge et qui ont demandé l’asile politique en Allemagne. Tout au long de son enfance,Burhan est amené à sillonner le pays pour suivre les déplacements de son père, employé dans l’armée américaine. Après avoir décroché en 2000 son baccalauréat à Stuttgart, il se lance dans le théâtre, en secondant les auteurs dramatiques puis comme assistant à la mise en scène. Deux ans plus tard, il intègre l’Académie du Cinéma de Baden-Württemberg où il étudie la réalisation. Au cours de son apprentissage, il réalise quatre courts-métrages qui sont sélectionnés dans divers festivals étrangers. Son dernier,Illusion, fait sensation : en neuf minutes, il dresse le portrait d’une jeune femme qui s’entête à travailler dans l’illégalité, après la perte de son emploi. Il est salué notamment par le Prix de la Critique Allemande, le Prix du Jury au Festival Internati### programmation musicale

Djazia SATOUR

KLAMI parution: 2010### Serge GAINSBOURG

COMME UN BOOMERANG label: Mercury

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.