« Encore un essai sur "Le dictateur" de Chaplin ? Aujourd’hui ? Venant s’ajouter à tant d’autres ? Quelle urgence, quelle nécessité ?» feint de s’interroger Jean Narboni, écrivain de cinéma, en introduction à son livre « Pourquoi les Coiffeurs ? » Vingt notes actuelles pour rappeler (et ça tombe bien en ce dimanche de clotûre du Festival de Cannes) qu'au lieu de passer avec le temps, « les chefs d’œuvre ont presque toute la vie devant eux ». « Pourquoi les coiffeurs ? » paraît aux éditions Capricci et Jean Narboni est le premier invité de cette Cosmopolitaine. « Elle cale une assiette, un verre de chaque côté, et tout sourire, malgré la douleur, elle pose son regard sur l’homme de l’autre côté de la vitre, sur le banc, sur la place, de l’autre côté du monde. » Eugenia Almeida. « La Pièce du Fond », le deuxième livre de la romancière argentine, s’ouvre sur un personnage assis sur un banc, un vieux clochard dont le mutisme et l’immobilité dérangent les habitudes, délient les langues et les secrets des habitants d’une petite ville corsetée dans sa routine. « La pièce du Fond » paraît aux éditions Métailié et Eugénia Almeida est la deuxième invitée de cette Cosmopolitaine. « Dans mon film, un mensonge secret ronge une famille de petits blancs, tout comme le mensonge apartheid ronge l’état de l’Afrique du Sud »: Michael Raeburn à propos de « Triomf » son sixième film de fiction. Dans cet « Affreux, Sale et Méchant » revisité, le cinéaste sud-africain excelle à décrire l’état de suffocation et de haine de soi qui s’installe lorsqu’une famille, une classe, une société repliée sur elle-même porte haut les couleurs de sa différence raciale. « Triomf », récompensé dans plusieurs festivals, sort en salles mercredi prochain et Michael Raeburn sera le dernier invité de cette Cosmopolitaine. L’Afrique encore, mais l’Afrique francophone cette fois, célèbre le cinquantième anniversaire de son indépendance. Un jubilé qui soulève quelques questions embarrassantes et Caroline Ostermann, n’a pas manqué de les poser aux intéressés des deux côtés, l’africain et le Français.

Cette année l'Afrique francophone fête le cinquantième anniversaire de son indépendance. En 1960, 14 anciennes colonies françaises ont accédé à l'indépendance. Pour célébrer la fin de son propre impérialisme, le gouvernement français a invité les dirigeants des anciennes possessions françaises au défilé du 14 juillet, mais ce défilé de militaires venant d'anciennes colonies françaises suscite les critiques. Ce jubilé des indépendances est l'occasion d'analyser le passé et de se demander s'il y a vraiment quelque-chose à commémorer ? Reportage de Caroline Ostermann avec entre autres : Almany Mamadou Wane, auteur du livre "Le Sénégal entre deux naufrages", "Le Joola et l'alternance" chez l'Harmattan et "L'Eloge de l'évidence" aux éditions Edilivre.

invité(s)

Jean NARBONI

Jean Narboni a été critique puis rédacteur en chef des Cahiers du cinéma dans les années 60 et 70. II y fonde et dirige les hors-série et les éditions d'ouvrages jusqu'aux années 80 (notamment les coéditions avec Gallimard). Il a enseigné le cinéma à l'université Paris VIII et dirigé le département d'analyse de films à la FEMIS. Il a publié aux éditions Cahiers du cinéma, en 2006, un livre sur Mikio Naruse : "les Temps incertains".### Eugenia ALMEIDA

Eugenia Almeida est née en 1972 à Córdoba, en Argentine, où elle enseigne la littérature et la communication. Elle écrit de la poésie. "L’Autobus" est son premier roman, il est édité en Espagne, en Italie, en Grèce, au Portugal et en France par les éditions Métailié, qui publient en avril 2010 son nouveau roman : "La pièce du fond".### Michael RAEBURN

Né au Caire en 1948, Michael Raebrun passe son enfance au Zimbabwe. Il obtient une maîtrise de lettres françaises à Londres, poursuit des études à Aix-en-Provence puis à l’IDHE### programmation musicale

TRIBECCA

Phatz ### LEO FERRE

Est-ce ainsi que les hommes vivent ? ### GOTAN PROJECT

La gloria ### MIRIAM MAKEBA

Orlando ### ROCE

Le savoir en kimono ### LA CARAVANE PASSE/ RACHID TAHA

Perdu ta langue ### TIKEN JAH FAKOLY

Plus rien ne m'étonne ### SUSHEELA RAMAN

Maya

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.