"La grand-mère des voisins dit que Madame se donnait trop vite aux hommes, qu’elle ne les laissait pas languir, alors qu’il faut ça aux hommes et que pour se faire épouser on doit résister jusqu’au dernier jour", écrit Milena Agus dans "Battement d’ailes", son deuxième roman traduit de l’italien. Après le succès phénoménal de "Mal de pierre", l’an dernier, Milena Agus poursuit dans la même veine, faussement candide et réellement enchanteresse. "Battemement d’ailes" parait aux éditions Liana Lévi et Milena Agus est la première invitée de cette Cosmopolitaine. "Ah, tu veux une autobiographie? Et bien je vais t’en écrire une, moi, une captivante autobiographie, qui ne te décevras pas, je te le garantis! Et sans te demander ton avis, je l’intitulerai "Le Bel obèse", écrit le romancier suisse Claude Delarue. "Le Bel obèse", c’est, au contraire d’une biographie, le roman imaginif, intime et crépusculaire d’un dieu nommé M.B. - Hello Mister Brando! - le plus grand des acteurs de tous les temps, devenu aussi le plus gros. "Le Bel obèse" vient de paraître chez Fayard et Claude Delarue est le deuxième invité de cette Cosmopolitaine. Au cinéma, notre cœur, à Christine Haas et à moi, bat fort cette semaine pour "Les toilettes du pape" - en uruguayen "El Baño del papa" de Enrique Fernandez et César Charlone. C’est une comédie tragi-comique qui nous raconte les espoirs et les promesses non tenues que fait naître chez de misérables villageois la venue du pape et de son escorte, des centaines, voire des milliers, de brebis bonnes à tondre. "Les Toilettes du pape" est déjà en salle et Enrique Fernandez nous en parle à 15 heures et une poignée de minutes. Pour notre dernière séquence, Caroline Ostermann nous emmène de Jersey aux Bahamas, en passant par la Suisse, au cœur bardée d’or, sinon de remords, des paradis fiscaux. Salut et bienvenue les amis, on est content de vous retrouver au calme - après le vacarme du Salon du Livre - au calme et en direct depuis le studio 71 et jusqu’à 16 heures.

Par Caroline Ostermann: LES PARADIS FISCAUX Conséquence de la surtaxation des pays riches, économie parallèle, argents sales... les paradis fiscaux n'en finissent pas de faire des vagues. De Jersey aux Bahamas en passant par Monaco, la Suisse ou le Lichtenstein les paradis fiscaux sont multiples et jouent un rôle essentiel dans la mondialisation financière. Caroline Ostermann a tenté d'en savoir plus sur ces centres financiers offshore

invité(s)

Enrique Fernandez

Enrique Fernandez est originaire de Melo en Uruguay. Il est tout à la fois scénariste, assistant réalisateur ou caméraman et a participé à plusieurs courts métrages et documentaires en Uruguay et en Allemagne, où il a vécu. En 1997 un de ses scénarii originaux est porté à l’écran par Diego Arsuaga "Otario". Il sera en sélection officielle au Festival de San Sebastien. Aujourd’hui, il enseigne le scénario à l’Ecole de Cinéma d’Uruguay.### Milena Agus

C'est avec 'Mal de pierres', en 2007, que Milena Agus rencontre le succès; Nicole Garcia achète les droits pour une adaptation au cinéma. Milena Agus est lauréate du prix Elsa Morante, du prix Forte Village en Italie et du prix Relay en France.### Claude Delarue

Claude Delarue est né à Genève; il étudie la littérature allemande. En 1972, il s’installe à Paris et travaille dans l’édition et comme critique littéraire. Il est l'auteur de romans ('La comtesse Dalmate'), des récits, des recueils de nouvelles et des biograp### programmation musicale

Macacao

Tio Pedrito ### Têtes raides

J'ai menti ### Maya Barsony

La pompe à diesel ### Lizz Wright

My heart ### Claude Nougaro

Quatre boules de cuir ### Dorothy Lamour

My little grass ### Têtes de bois

Jolie môme ### liens

Sur le site Télérama Radio

Milena l'hypnotique . A écouter en ligne, un entretien avec Milena Agus au sujet de son premier roman paru en 2007, Mal de Pierres .### Dans L'Express Livres

Ces chères Italiennes... portrait de Milena Agus et Rosetta Loy par Delphine Peras et François Dufay, article publié en février 2008.### Marlon Brando

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.