Une s oirée enregistrée au Théâtre de L'Odéon , le 14 janvier 2013, en présence d'Irène Bonnaud , avec des textes lus par Evelyne Didi.

Pour assister aux prochains enregistrements (les lundis soirs à 20h00), inscrivez-vous sur clubfranceinter@radiofrance.com

Bertolt Brecht
Bertolt Brecht © Radio France / Libre de droits

Bertolt Brecht: Il naît en 1898 à Augsbourg, petite ville de Bavière. Fils d’une famille bourgeoise, il jouit d’une bonne éducation et commence à écrire très tôt. Son premier texte paraît en 1914 dans un quotidien, juste avant la guerre. Il entame ensuite des études de philosophie, puis de médecine, et sert comme infirmier pendant la première guerre mondiale.Dés 1918, il écrit sa première pièce de théâtre, « Baal », et enchaîne ensuite avec « Tambours dans la nuit » (1919) et « dans la jungle des villes » (1921). Ces trois pièces, inspirées par le mouvement expressionniste, mettent alors en avant son côté anarchiste.Il reçoit vers 1922 le prix Kleist et rejoint en 1924 le Deutsches Theater de Reinhardt, à Berlin, avec l’actrice Hélène Veigel avec qui il monte ses propres pièces.Ses œuvres créées la polémique, mais la création en 1928 de « l’opéra de quat’sous » avec Kurt Weill lui apporte le succès. Le « Theater am Schiffsbauerdamm » se met dés lors à sa disposition. Il épouse ensuite Hélène, devient Marxiste et écrit environ une ou deux pièces par an.Mais la montée du Nazisme en Allemagne le pousse à s’exiler en Suisse, puis en France, au Danemark, en Finlande, en Russie et enfin aux Etats-Unis, où il présente la pièce « La Mère » et s’installe, comme beaucoup d’écrivains exilés de cette époque, à Hollywood. Ses idées Marxiste le pousse à fuir de la Californie en 1947, il retourne alors dans son pays d’origine où il choisit de s’installer dans Berlin-est, où il dirige à partir de ce moment le « Berliner Ensemble ». Là, il expose ses idées socialistes et fonde le théâtre époque de mouvance Marxiste, qui lui apporte le prix Staline en 1955.Il meurt un an après d’un infarctus, léguant à sa femme le Berliner Ensemble ainsi que toute son œuvre, qui outre des pièces de théâtre, comprend aussi des poèmes, des contes, des écrits théoriques sur le théâtre et de essais.

Evelyne Didi
Evelyne Didi © Radio France / Pyramide Distribution

Evelyne Didi : Elle commence sa carrière en 1969 avec Jean Dasté à la Comédie de Saint-Etienne où elle joue Molière et Peter Hacks. En 1971, elle fait une tournée en Afrique avec Paula Jacques, AlainScoff et André Marcon avec Ruzzante.De 1971 à 1975, elle participe à la création du Théâtre Eclaté avec Alain Françon, Christiane Cohendy et André Marcon et joue notamment dans La Face de Burgos d’après Le Procès de Kafka et dans La Journée d’une infirmière d’Armand Gatti.En 1976, elle rencontre Bernard Sobel qui la met en scène dans Le Précepteur de JacobLenz et dans Dom Juan de Molière, puis Klaus Mickaël Grüber la met en scène dans Faust-Salpêtrière de Goethe. En 1976, Jean-Pierre Vincent l’engage pour le premier spectacle qu’ilcrée au Théâtre National de Strabourg; elle jouera pendant huit ans sous la direction dedifférents metteurs en scène tels que Michel Deutsch, Jean-Pierre Vincent, Hélène Vincent,Moshe Leiser. En 1982, elle rencontre Bob Wilson sous la direction de qui elle jouera Medeal’année suivante. En 1983, elle joue dans OEdipe Roi de Sophocle mis en scène par Jean-Pierre Vincent et dans Les Oiseaux mis en scène par Benno Besson. La même année, elleest lauréate à la Villa Médicis hors les murs à New York où elle travaille avec Ann Bogart.Elle participe à plusieurs opéras.Elle joue ensuite dans de nombreux spectacles tels que Le Legs et L’Epreuve de Marivauxmis en scène par Claude Stratz. Elle participe à de nombreux spectacles mis en scène parMatthias Langhoff : Les Troyennes d’Euripide, Dona Rosita ou le langage des fleurs deFederico Garcia Lorca, Désir sous les ormes d’Eugene O’Neil, Les Trois Soeurs deTchekhov, Les Bacchantes d’Euripide. Elle travaille sous la direction de André Wilms dansMedea Materia 1 de Heiner Müller et Pascal Dusapin ; dans Pulsion de Franz Xaver Kroetzet dans Histoires de Famille de Biljana Srbljanovic.Elle a joué dans des spectacles mis en scène par Alain Françon, Jean Jourdheuil et Jean-François Peyret, Jean-Louis Martinelli et Jean Liermier, également dans des pièces mises enscène par André Engel notamment dans Léonce et Léna de Georg Büchner, dans LeJugement dernier d’Odön von Horvath et en 2008 dans La Petite Catherine de Heilbronnd’Heinrich von Kleist.Au cinéma, elle a joué notamment dans L’Eté meurtrier de Jean Becker, Une affaire defemmes de Claude Chabrol, Tatie Danielle et La Confiance règne d’Etienne Chatilliez, etdans Le Coeur fantôme de Philippe Garrel.

Irène Bonnaud
Irène Bonnaud © Radio France / J. Blanchard

Irène Bonnaud : Après une thèse sur l’exil américain de Bertolt Brecht et plusieurs spectacles de théâtre universitaire, elle a pu réaliser ses premières mises en scène professionnelles grâce à René Gonzalez et au Théâtre Vidy-Lausanne (Tracteur de Heiner Müller, en 2003, présenté à Paris au Théâtre de la Bastille,Lenz d’après Georg Büchner, en 2004, au Studio-Théâtre de Vitry). A l’invitation de François Chattot, de 2007 à 2009, elle a été « metteuse en scène associée » au Centre Dramatique National de Bourgogne, où elle a présenté La Charrue et les étoiles de Sean O’Casey, Le Prince travesti de Marivaux, et Music hall 56 de John Osborne. La saison dernière, elle a également dirigé la troupe de la Comédie Française dans Fanny de Marcel Pagnol (Théâtre du Vieux Colombier). Elle vient de mettre en scène son premier opéra, Les Troqueurs d’Antoine Dauvergne, à la demande de l’Atelier Lyrique de l’Opéra National de Paris (amphithéâtre de l’Opéra Bastille, novembre 2009). Elle a traduit de l’allemand des pièces de Heiner Müller, Georg Büchner, Hanns Eisler aux éditions Solitaires intempestifs et Théâtrales. Elle signe le texte français du spectacle de Matthias Langhoff, Un cabaret Hamlet , qui vient d’être joué au Théâtre National de l’Odéon.

En collaboration avec Malika Hammou, elle a traduit du grec Antigone de Sophocle, et Iphigénie chez les Taures d’Euripide pour Guillaume Delaveau (Solitaires intempestifs,) et travaille actuellement à une nouvelle traduction de Prométhée Enchaîné d’Eschyle.

Elle a également travaillé en tant que dramaturge pour d’autres metteurs en scène, signant avec Mathieu Bauer les textes de deux spectacles de Sentimental Bourreau, Tendre Jeudi d’après John Steinbeck (Festival d’Avignon, 2007) et Rien ne va plus (MC93-Bobigny), collaborant avec Célie Pauthe (Quartett ), Jean-François Sivadier (La Vie de Galilée ) ou Jacques Nichet (Antigone ).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.