Aujourd'hui, le sujet de la discrimination positive agite beaucoup le débat en France. Aux Etats Unis, cette question a depuis longtemps été discutée et semble être acceptée. Dans les années 70, en effet, un petit pourcentage d'étudiants noirs est admis dans les grandes universités, à condition bien évidemment, d'être un élève modèle. Jake Lamar a bénéficié de cette politique de discrimination positive, contrairement à son père, qui lui, n'a pas eu le choix de ses études dans les années 40, même si intellectuellement, il était au-dessus du lot. Jake Lamar est né dans les années 60 dans le nord des Etats Unis où la ségrégation raciale était moins rigide que dans l'Ohio ou au Texas. A l'époque, il y avait beaucoup d'espoir pour les noirs américains, qui commençaient à pouvoir rêver à une vie meilleure, c'était les années progressistes. La toile de fond politique est importante pour comprendre la vie de Jake Lamar, même si en 1968 au moment de l'assassinat de Martin Luther King, il n'avait que 8 ans. Le progres

invité(s)

François GUERIF

François GUERIF est journaliste et critique de,cinéma, connu pour ses magnifiques biographies de metteurs en scène ou d'acteurs (Truffaut, Steve Mac Queen, Marlon Brando ...), et son travail de directeur de collection aux Editions Rivages. Il nous vient cet hiver avec une nouvelle biographie, celle de Robert MITCHUM, qui sort chez DENOËL. "Je suis un acteur, parce que je ne connais aucun autre boulot qui me permettrait de gagner autant de pognon", disait Robert MITCHUM. "Soyons lucide : être star de cinéma ne nécessite pas de talent ... J'ai honte d'être acteur parce que les gens vous accordent le respect, la gloire et l'attention que vous ne méritez pas." Selon la légende, Robert MITCHUM se foutait de tout, ne voyait jamais ses films et pensait qu'il avait du succès parce qu'il était "rapide et bon marché". Une attitude qui lui aurait été dictée par une enfance difficile, le choix d'un métier qu'il jugeait "féminin", le fait d'avoir survécu au pire scandale hollywoodien (condamnation### programmation musicale

COMPAY SEGUNDO et LOU BEGA

Baby keep smiling ### M.

Qui de nous deux ? ### TARMAC

Notre époque ### Molly JOHNSON

Melody ### Robert MITCHUM

Matilda ### Robert MITCHUM

My honey's lovin' arms

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.