Une s oirée enregistrée au Théâtre de L'Odéon , le 22 avril 2013, en présence deTzvetan Todorov , avec des textes lus par Anouk Grinberg.

Pour assister à la soirée spéciale Vladimir Nabokov , en présence de Lila Azam Zanganeh , avec des textes lus par Nada Strancar , inscrivez-vous sur clubfranceinter@radiofrance.com

Marina Tsvetaeva
Marina Tsvetaeva © Radio France

Fille d'un professeur d'université, Marina Tsvetaeva commence à écrire dès l'âge de six ans. Elle en a seize lorsqu'elle voit ses premières poésies publiées : 'Album du soir', 'La Lanterne magique', puis 'Les Versets' et le cycle du 'Camp des cygnes', dans lequel elle glorifie l'héroïsme des "mouvements blancs". C'est en 1922 qu'elle part à l'étranger, afin de rejoindre son mari, ancien officier de l'armée blanche. Ils vivent d'abord à Berlin, puis à Prague, où commence sa correspondance avec Boris Parternak, avant de s'installer à Paris. Son sujet de prédilection devient alors la douleur de l'apatride ; elle écrit de longs monologues lyriques et déchirants, tels que 'Poésies pour Bock', 'La séparation", puis 'Le poème de la montagne', 'L'essai d'une chambre'... Elle se consacre également à l'écriture de tragédies à la manière des grecs : 'Ariane', Thésée', ou encore 'Phèdre'. Ses rapports avec l'émigration blanche se détériorent peu à peu et la pauvreté l'oppresse ; elle écrit beaucoup mais n'est pas ou peu publiée. Après s'être dressée contre le fascisme, elle rentre en Russie en 1939. Evacuée avec son fils à Elabuga, en République Tatare, elle s'y suicide par pendaison.

Fervent défenseur des traditions humanistes autrefois véhiculées par Montaigne, Rousseau ou encore Benjamin Constant, Tzvetan Todorov est à la fois philosophe, sémiologue, linguiste et historien. On comprend donc qu'il s'attache aux valeurs diffusées dans la société au fil des siècles. Lorsqu'il quitte sa Bulgarie natale en 1963, alors qu'il vient d'obtenir un visa pour étudier en France, c'est avant tout pour fuir le communisme. Avec Roland Barthes et Gérard Genette, il devient l'un des grands théoriciens de la philosophie structuraliste. Son premier essai, Théorie de la littérature textes des formalistes russes , paraît en 1966, suivi quelques années plus tard d'une Introduction à la littérature fantastique , grâce à laquelle il acquiert une certaine notoriété, confirmée en 1972 par son Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage . En 1968, Tzvetan Todorov intègre le Centre de recherches sur les arts et le langage du CNRS, dont il deviendra directeur en 1987. Tzvetan Todorov s'est longuement consacré à la question de l'Autre à travers ses écrits et les conférences qu’il donne dans les plus prestigieuses universités américaines. En 2007 paraît La Littérature en péril chez Flammarion. Symbolisant à la fois la France et la Bulgarie, Tzvetan Todorov est traduit dans plus de vingt-cinq langues et ses ouvrages font référence en littérature et en histoire, tout en ouvrant de nouvelles voies dans les domaines de la politique et de la morale. Il publie ainsi chez Robert Laffont de 2001 à 2012 Mémoire du Mal, tentation du Bien, Le Nouveau Désordre mondial, Les Aventuriers de l'absolu, L'Esprit des Lumières, La peur des Barbares et Les ennemis intimes de la démocratie .

Fille de l'auteur Michel Vinaver, Anouk Grinberg débute sur les planches en 1976 dans 'Remagen' d'Anna Seghers mis en scène par Jacques Lassalle. Au cinéma, elle participe au film de Michèle Rosier, 'Mon coeur est rouge', puis apparaît dans 'Tapage nocturne' de Catherine Breillat en 1979. Le théâtre la sollicite énormément et elle travaille notamment avec Richard Foreman ('Faust ou la fête électrique', 1982), Alain Françon ('L'Ordinaire', 1983 ; 'Noises', 1984), Bernard Sobel ('La Cruche cassée', 1984 ; 'L'Ecole des femmes', 1985) et Michel Fagadeau ('Faut pas tuer maman', 1989). Se faisant rare au cinéma, elle rencontre Bertrand Blier au début des années 1990 et devient rapidement sa muse. Elle tourne pour lui dans 'Merci la vie' (1991), 'Un, deux, trois, soleil' (1993) et 'Mon homme' (1995), où elle joue le rôle d'une prostituée, et obtient cette même année le prix d'Interprétation au Festival de Berlin. Elle décroche également quatre nominations aux Molières. Après le beau rôle de Servane que lui offre Jacques Audiard en 1996 dans 'Un héros très discret', elle se fait rare au cinéma, apparaissant dans un film d'Alexandre Arcady ('Entre chiens et loups') ou dans le premier film de Thierry Klifa ('Une vie à t'attendre') en 2004. En 2006, la comédienne revient à ses premières amours, les planches, pour y lire des lettres de Rosa Luxemburg au théâtre parisien de L'Atelier.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.