Une soirée enregistrée au Théâtre de l'Odéon , le 13 octobre 2014, en présence de Zoé Valdès , avec des textes lus par Michel Villermoz , sociétaire de la Comédie Française

Gabriel José de la Concordia García Márquez est un écrivain colombien, prix Nobel de littérature, en 1982. Romancier, nouvelliste mais également journaliste et activiste politique, affectueusement connu sous le surnom de "Gabo" en Amérique latine, il est l'un des auteurs les plus significatifs du XXe siècle. Étudiant, García Márquez poursuit en autodidacte ses études après avoir quitté son école de droit pour se lancer dans le journalisme. Très tôt, il critique la politique intérieure comme extérieure de la Colombie. En 1958, il épouse Mercedes Barcha avec qui il a deux fils : Gonzalo et Rodrigo García (1959), devenu réalisateur. García Márquez écrit d'abord des œuvres non fictionnelles généralement bien reçues, mais ce sont ses romans, tels que "Cent ans de solitude" (1967), "Chronique d'une mort annoncée" (1981) et "L'Amour aux temps du choléra" (1985) qui lui ont apporté la reconnaissance de la critique littéraire ainsi qu'un large succès commercial. Son nom est souvent associé au "réalisme magique", courant artistique qui insère des éléments magiques et des motifs surnaturels dans des situations se rattachant à un cadre historique, culturel et géographique avéré. Après de longues années passées au Mexique, Gabriel Garcia Marquez vivait reclus dans sa somptueuse maison coloniale, sur la côte caraïbe colombienne, au pied de la muraille de Carthagène des Indes. Il est mort des suites d'un cancer lymphatique.

Romancière, poète et scénariste, Zoé Valdés est née le 2 mai 1959 à La Havane, l’année même où Fidel Castro prit le pouvoir à Cuba. Auteure de plus d’une vingtaine d’ouvrages, elle tisse des histoires emplies de nostalgie, de rage et de tristesse. En janvier 1995, après la publication en France de son roman Le néant quotidien qui décrivait la grande dépression cubaine de ces années là, elle est contrainte à l’exil, pour insoumission au régime castriste, accompagnée de son conjoint, le réalisateur Ricardo Vega et de sa fille, Luna. Elle avait déjà vécu en France puisqu’elle faisait partie de la délégation cubaine à l'UNESCO (1983-1988), puis de l'Office culturel de Cuba à Paris. Elle a aussi dirigé une revue cinématographique, Cine cubano . Elle réside actuellement en France et bénéficie de la double nationalité, française et espagnole. Son premier livre écrit hors de Cuba en 1998 s’intitule Café nostalgia , un café qui existe vraiment à Miami, lieu d’exil obligé des Cubains, et qui a donné son nom à un groupe de musiciens.qui enregistra « la bande originale » de ce roman afin que l’on puisse danser en lisant ou inversement. En 2011, elle fait renaître son personnage Yocandra, son double, dans un roman Le paradis du néa nt reprenant par personnage interposé le long et douloureux voyage vers l’exil. Ses ouvrages restent imprégnés des parfums et des sons de son île natale contrebalançant une écriture crue parfois féroce.

Michel Vuillermoz: « Il me fallait jouer. Jouer pour avoir le sentiment d’exister : ce n’est que plus tard que la notion de travail est apparue. Lorsque je me suis retrouvé sur un plateau pour la toute première fois, j’ai eu l’étrange sentiment d’être à ma place,… ». Si, comme le rappelait Bernard-Marie Koltès : « Le théâtre, ce n’est pas la vie… », Michel Vuillermoz a donné au jeu une place centrale dans son existence. Jouer c’est penser, devenir, finalement et de façon fortuite être réel jusque dans l’illusion.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.