En partenariat avec le Théâtre de l'Odéon

Une soirée enregistrée au Théâtre de l'Odéon, le 10 mars 2014, en présence de Florence Noiville. A vec des textes lus par Michel Vuillermoz

Pour assister à la soirée Lawrence Durrell , le lundi 7 avril 2014, à 20h00, au Théâtre de l'Odéon, en présence de Mathais Enard . Avec des textes lus parOlivier Cruvelier

Inscrivez-vous sur Y2x1YmZyYW5jZWludGVyQHJhZGlvZnJhbmNlLmNvbQ==

Isaac Bashevis Singer est né d'un père rabbin hassidique et d'une mère elle-même fille de rabbin. Il grandit à Varsovie où son père était leader spirituel mais également juge. Il poursuit ensuite des études dans une école rabbinique où lui est dispensée une éducation à la fois traditionnelle et religieuse.

C'est là qu'il apprend l'hébreu moderne et s'intéresse entre autres à l'apprentissage des préceptes de la kabbale. Il commence à écrire dès 1925 et publie quelques nouvelles dans des revues yiddish sous divers pseudonymes. Sa première œuvre: Satan in Goray, est publiée en 1932. Ses ouvrages de jeunesse sont rédigés en hébreu mais il fait vite le choix d'écrire dans sa langue maternelle, essentiellement orale, que son travail d'écrivain va transformer en un témoignage précieux et en un document d'une richesse inouïe: le yiddish.

Afin de fuir l'antisémitisme grandissant à cette époque, il quitte la Pologne pour les États-Unis en 1935 avec son frère Israel Joshua Singer (écrivain lui aussi) et devient citoyen américain en 1943. Durant sa carrière il a publié 18 romans, 14 livres pour enfants et des recueils de nouvelles. L'enthousiasme du public américain pour ses livres vient avec leur traduction anglaise dans les années 1950, entreprise par Saul Bellow. Isaac Bashevis Singer prolonge la grande tradition des conteurs yiddishs traditionnels. Écrivain, auteur de romans en yiddish, il reçut à deux reprises le prix Louis Lamed, le National Book Award (ex-aequo avec Thomas Pynchon) en 1974 et finalement le prix Nobel de littérature en 1978 « pour son art de conteur enthousiaste qui, prenant racine dans la culture et les traditions judéo-polonaises, ramène à la vie l'universalité des conditions humaines.

Florence Noiville est née le 23 juillet 1961. Diplomée d’HEC, de Sciences-Po et titulaire d’une maîtrise de droit des affaires, elle commence sa carrière dans la finance pour le compte d’une entreprise américaine. En 1987, elle entre chez Bayard Presse où elle passe sept ans, d’abord comme contrôleur de gestion puis comme journaliste. En 1994, elle rejoint le groupe Le Monde où elle devient chef adjointe du supplément, Le Monde des livres , spécialisée en littérature étrangère. Elle publie en 2003 la biographie du prix Nobel de littérature américain Isaac Bashevis Singer. En 2007 parait son premier roman, La Donation. De 2007 à 2010, elle présente Le Monde des livres sur LCI. En 2009, elle témoigne de son parcours avec J'ai fait HEC et je m'en excuse . Son second roman, L’Attachement , parait en 2012.

Michel Vuillermoz: « Il me fallait jouer. Jouer pour avoir le sentiment d’exister : ce n’est que plus tard que la notion de travail est apparue. Lorsque je me suis retrouvé sur un plateau pour la toute première fois, j’ai eu l’étrange sentiment d’être à ma place,… ». Si, comme le rappelait Bernard-Marie Koltès : « Le théâtre, ce n’est pas la vie… », Michel Vuillermoz a donné au jeu une place centrale dans son existence. Jouer c’est penser, devenir, finalement et de façon fortuite être réel jusque dans l’illusion.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.