Côté Club, le rendez-vous de toute la scène française et plus si affinités. Une heure pour faire le tour de l’actualité musicale et plus encore. Quand la musique rencontre les arts, du cinéma à la BD, du théâtre à la littérature. Bienvenue au Club !

Gaspard Augé © So Me /  Muddy Monk © Baltimore Gang
Gaspard Augé © So Me / Muddy Monk © Baltimore Gang

Gaspard Augé

Album: Escapades

Gaspar Augé (moitié de Justice) : "C’est un projet qui est arrivé parce que j’avais des centaines de bouts de morceaux et d’idées mélodiques plus ou moins depuis toujours. C’était vraiment à l’état embryonnaire, des idées mélodiques qui te viennent dans une espèce de demi-sommeil et que tu enregistres sur ton téléphone. La plupart du temps, quand tu écoutes ça le lendemain, ça ne fait plus aucun sens. Mais certains ont survécu à cette phase de réveil. C’était aussi un peu pour rompre le cycle qu’on a avec Justice, où on passe plus ou moins un an et demi à produire un disque, puis six mois à préparer et les lives avant de tourner pendant environ un an et demi. 

Donc, là, c’était pour mettre en forme des idées que j’avais depuis longtemps et qui sortaient du moule Justice, même si évidemment, il y a des similitudes. Et c’est un disque qui n’est ni pop, parce qu’il n’y a pas de chant, ni club, parce que ce n’est pas sa destination première malgré une certaine pulsation disco. Mais c’était aussi de faire un disque qui reflète un peu la musique que j’écoute, principalement de la musique de film ou d’illustration sonore."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Muddy Monk

En l’espace de deux titres et pas plus de cinq minutes, l'artiste suisse Muddy Monk réussit une nouvelle fois à faire opérer sa magie. Le suisse nous embarque dans cette bulle faite de douce nostalgie et de poésie. Pour parler du titre principal Muddy Monk explique : 'Athènes c’est l’histoire d’un homme qui s’imagine enfant dire à son papa qu’il a rêvé d’une fille qu’il rencontrera plus tard. Comme un rêve prémonitoire. Une rencontre avec une fille qui deviendra sa femme. C’est l’espoir de cette rencontre, l’espoir d’un amour qui dure aussi.’

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les sons de l'été avec Ojos, Johan Papaconstantino et Gatien.

OJOS, les yeux en espagnol, est un duo tout d’abord identifié sous le nom de HOLY TWO. Des chansons électro-pop dans les années 2010, 4 EP et un album avant de marquer une pause. Et de revenir donc avec un nouveau nom, un nouveau son… Avant d’ouvrir leur cœur, OJOS s’est fait les paupières avec quelques capsules sur le net où Elodie et Hadrien revisitaient en digital et en espagnol, « Résidents de la République » d’Alain Bashung, « Les Mots bleus » de Christophe ou encore « La Corrida » de Francis Cabrel… Des versions minimalistes, chaudement recommandées ! Pour leurs propres chansons, OJOS développe une musique mi hispanisante, mi urbaine, une façon de réconcilier toutes leurs influences de Kendrick Lamar à Mercedes Sosa… Sur son premier EP « Volcans », le binôme imagine une nouvelle carte du tendre, la leur est devenue avec le temps aussi fraternelle que fusionnelle et leurs chansons aussi hypersensibles qu’imprévisibles. On écoute "Sola" extrait de « Volcans » le premier EP de OJOS attendu pour le 02/07. En parallèle sortira la mini-série « Volcans » en quatre chapitres lesquels OJOS se raconte et joue live.

JOHAN PAPACONSTANTINO fait revivre, lui, les origines grecques de son père, avec une musique hybride où l’effet le plus utilisé du moment, à savoir l’auto tune, épouse le son aigrelet du bouzouki et ça marche à merveille ! Autodidacte, pluri disciplinaire, cet artiste marseillais est également peintre et on avait fondu en 2019 sur son premier EP « Contre-Jour », un EP qui le révélait aussi perméable aux sirènes des clubs comme aux complaintes du rebetiko, ce blues de la péninsule hellénique. Juste avant l’été, Johan Papaconstantino persiste et signe dans ce mariage, avec un nouveau titre « Tata », une allégorie sur l’évolution des rôles dans un couple quand on devient parent…

Et enfin, GATIEN qui à la base, aurait adoré être plume pour des hommes et des femmes politiques mais c’est finalement, dans la chanson qu’il va expérimenter son sens de la formule ! Ce qu’il recherche à explorer, c’est cette zone de friction entre la mélancolie et l’humour, rejoignant ainsi la fratrie des Philippe Katerine, David Lafore…. GATIEN a fait beaucoup de bruit dans ses précédents groupes et au printemps dernier, il a signé un premier EP « Moi tout seul », des chansons plus apaisées sur la forme, composées avec Ableton et une guitare dans lesquelles, il tente de mettre de l’ordre dans son chaos intime. Un prélude à un album "L'Amour Phoque" attendu pour cet automne et un nouveau titre "Ce que les Français veulent vraiment" à découvrir sur « Allopop 3 », la nouvelle compilation de La Souterraine.

L'équipe
Thèmes associés