Eau en bouteille
Eau en bouteille © pierre-alain dorange

C'est vrai que l'eau en bouteille, depuis les années 60, est le produit de consommation courante par excellence, celui que l'on achète quasiment les yeux fermés avec la tranquille certitude de faire un petit geste pour notre santé. D'ailleurs, la pub nous l'affirme au quotidien. C'est par exemple « l'eau source de jeunesse pour notre corps », voire notre « partenaire minceur ».

Sauf que comme le fait remarquer l'UFC Que Choisir , toutes les eaux ne sont pas si bonnes que cela, surtout si on en consomme beaucoup. C'est le cas de certaines eaux minérales, notamment gazeuses, qui selon l'association de consommateurs, serait trop chargées en sodium et en fluor. Ou d'autres, plates, qui contiendraient trop de sulfates. Celles-ci ont un effet laxatif et diurétique, ce qui peut être intéressant lorsque l'on suit un régime ou lorsque l'on veut combattre la constipation, mais ça s'arrête là. Elles ne doivent pas être l'eau de votre quotidien.

Que Choisir va même plus loin en affirmant qu'en théorie, vus leurs taux de sodium, fluor, sulfate ou calcium, certaines de ces eaux pourraient être considérées comme non potables -en tout cas ne correspondant pas aux normes de qualité des eaux destinées à la consommation humaine.

Le véritable problème dans cette affaire, c'est que les industriels de l'eau ne font pas vraiment d'efforts pour nous donner des détails compréhensibles sur le contenu des bouteilles, préférant se contenter de messages publicitaires racoleurs et d'allégations santé souvent discutables.

Et dans ce domaine, il y a sans doute un effort à faire !

Une chronique de Philippe Lefebvre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.