Etiquette énergétique
Etiquette énergétique © Flappiefh

Jusqu'à présent, cette étiquette était graduée de « G », couleur rouge à « A », couleur verte, pour indiquer aux consommateurs les appareils les plus économes.

A la fin du mois, un nouveau classement va progressivement apparaître avec la création d'une classe « A+ », « A++ » et « A +++ ». De quoi embrouiller le consommateur. Mais les fabricants se sont défendus : ils ont fait d'énormes progrès, il fallait bien le signifier sur l'étiquette.

Entre un réfrigérateur acheté en l'an 2000 et celui classé aujourd'hui en « A ++ », ils ont réalisé 60% d'économies d'énergie, plus de 40% pour le lave-linge.

D'où vient ce miracle ? Chaque fabricant a son truc. Allonger le cycle de lavage nécessite de moins de puissance, moins d'eau. Or dans un lave-linge, chauffer l'eau représente plus de 80% de l'énergie consommée. Ils ont travaillé sur la géométrie des petits trous qui percent le tambour de la machine pour mouiller le linge plus rapidement. Chacun a son truc.

En tout cas, depuis l'apparition de cette étiquette énergie en 1994, elle est devenue un critère de choix pour le consommateur. Et les fabricants ont été conscients qu'une étiquette rouge sur un appareil « rouge donc gourmand », n'était pas un bon argument de vente.

Une chronique deNathalie Fontrel

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.