C’est vrai que posée comme cela, la question peut faire bondir. Car systématiquement, on pense que oui, il faut opérer une appendicite aigue. Eh bien peut-être pas.

Une communication, la semaine dernière, à l'Académie de Chirurgie, vient de faire tomber ce dogme. Le professeur Corinne Vons, chirurgien à l'hôpital Jean-Verdier de Bondy, se basant entre autres sur une étude portant sur 250 patients (attention : des adultes, pas des enfants, c'est important), estime qu'on peut tout à fait, quand la situation n'est pas compliquée (cela aussi, est important), traiter l'infection par antibiotiques et éviter, ainsi, l'opération.

Une intervention toujours nécessaire, toutefois, en cas de péritonite.

Il y a débat, car pour les enfants, c'est intervention chirurgicale dans tous les cas de figure, affirme le professeur Christine Grapin-Dagorno, chirurgien à l'hôpital Robert Debré.

C’est seulement quand il y a un abcès qu'on donne d'abord des antibiotiques, mais qu'on opère de toute façon après.

On sait déjà que dans certaines régions, PACA par exemple, on opère davantage.

Y-a-t-il vraiment une raison à cela ?

Le professeur Corinne Vons estime que même si d'autres études sont encore nécessaires, on devrait s'orienter, pour les adultes, vers plus d'utilisation d'antibiotiques quand il s'agit d'une simple appendicite, et moins de gestes chirurgicaux.

88.000 personnes seraient opérées de l’appendicite chaque année en France…

Une chronique de Danielle Messager

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.