Planning familial
Planning familial © Radio France

Pas toujours facile, effectivement, d'obtenir un rendez-vous pour un avortement dans les délais légaux des 12 semaines.

Selon le Planning familial, la loi Hôpital 2009 de Roselyne Bachelot est en grande partie responsable de cette situation. On regroupe des hôpitaux et des services, on ferme des blocs opératoires.

Résultat : de plus en plus de Françaises doivent partir à l'étranger pour subir une IVG, souvent encouragées par l'hôpital ou par le Planning familial.

Selon le Planning, 873 femmes ont subi un avortement à l'étranger en 2009, 300 de plus en 2010 ; les chiffres 2011 s'annoncent encore plus élevés et ils sont sûrement en-dessous de la réalité, car de nombreuses femmes vont à l'étranger sans le signaler au Planning familial.

L'été, la situation est pire à cause des vacances. A Paris par exemple, plus d'un tiers des centres d'IVG ont fermé pendant trois semaines et ceux qui restaient ouverts avaient deux fois moins de personnel. Résultats : environ 80 Franciliennes sont parties à l'étranger. Destination les Pays-Bas, où l'avortement peut être pratiqué jusqu'à 24 semaines de grossesse, ou encore l'Espagne. Mais du coup tout, est à leurs frais. En Espagne, par exemple, une IVG coûte entre 550 et 2.400 euros selon les cas.

__

Une chronique deValérie Cantié

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.