appareil photo
appareil photo © DR

Même si l'on a observé, ces six derniers mois, une petite baisse des ventes d'appareils liée essentiellement aux difficultés d'approvisionnements après le tsunami qui a frappé le Japon, nous sommes et restons des gros consommateurs de photos.

Par exemple, un utilisateur moyen va réaliser autour de 2000 clichés par an alors qu'à l'époque de l'argentique, c'est-à-dire des bonnes vieilles pellicules, même le photographe amateur en réalisait un peu plus de 150.

Quand je vous dis deux mille photos, c'est ce que notre photographe va garder après avoir trié, classé, parfois aussi retouché ses images, parce qu'on a tendance, avec le numérique, a en faire beaucoup, c'est une évidence. Et ce, d'autant plus qu'il y a un appareil qui permet de réaliser soixante photos à la seconde.

Avec un appareil comme ça, impossible de louper la photo du petit dernier qui souffle les bougies de son gâteau d'anniversaire, le cauchemar de tout photographe amateur. On déclenche toujours un peu trop tôt ou trop tard.

Ces photos vont finir dans des albums. Et oui, au moment où l'on fête les 30 ans du premier appareil photo numérique, nous restons très traditionnalistes pour ce qui est de l'archivage de nos images. C'est un marché très porteur, à tel point que plusieurs fabricants proposent désormais des machines en libre service qui, en dix minutes et une pour une vingtaine d'euros, vous proposent un album personnalisé au format livre de poche.

__

Une chronique de Philippe Lefebvre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.