Bonnet
Bonnet © maza34

Cela risque d’être très compliqué. Pour le vérifier, je me suis rendu dans plusieurs magasins spécialisés en équipements sportifs. J'ai vu qu'il y avait très clairement des ruptures de stocks, par exemple, sur les grands classiques d'hiver : les gants, les polaires, les chaussettes.

Et ceci pour au moins deux raisons.

Tout d'abord parce que dans les magasins, on a voulu éviter de revivre la même mésaventure que l'hiver dernier, où les ventes de vêtements d'hiver s'étaient arrêtées net en janvier, faute de froid et de neige. Du coup, les commerçants, à la fin de la saison, s'étaient retrouvé avec pas mal d'invendus.

Donc cette année, m'a-t-on expliqué chez l'équipementier français Degré 7, ils ont moins commandé et ce, d'autant plus que l'hiver a démarré plutôt doucement. Résultat : aujourd'hui, la demande est très forte : les commerçants veulent des produits et les fabricants ont du mal à répondre à la demande.

Autre explication, cette fois chez Décathlon, le leader du secteur. Un vendeur m'a expliqué sans rire que le magasin avait peu -voir pas- de stock et qu'ils n'avaient pas prévu que les clients viendraient si nombreux acheter des polaires. Ce monsieur pensait peut-être qu'avec -10 dehors, on allait tous se précipiter sur le rayon bermuda.

Côté prix, même si les soldes ne s'achèveront officiellement que mardi prochain, il ne faut pas s'attendre à trouver ce week-end des remises importantes sur les vêtements d'hiver, car nombre de commerçants vont tenter de sauver une saison d'hiver qui du point de vue des ventes, a démarré mollement.

Une chronique dePhilippe Lefèbvre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.