Les bénévoles accueillent et accompagnent les bénéficiaires deux fois par semaine
Les bénévoles accueillent et accompagnent les bénéficiaires deux fois par semaine © Radio France/Mathilde Dehimi

Au XXIème siècle, on n'est plus bénévole comme avant. C'est ce que démontrent deux scientifiques du Centre de recherche sur les liens sociaux. Première différence : il y en a de plus en plus. Mouvement humanitaire, groupements de consommateurs, coordination de salariés et bien sûr engagement associatif : le bénévolat fleurit.

Les hommes plutôt dans le sport, la culture et les loisirs ; les femmes plutôt dans les activités éducatives, religieuse et l'action sociale.

Même si le pic du bénévolat se situe avant et après le départ à la retraite, les jeunes arrivent en force. Notamment car sur un CV, c'est désormais un « plus » pour l'employeur.

Plus on est diplômé, plus on a tendance à s'engager, y compris si l'on est chômeur.

La campagne est un terrain plus propice que la ville.

En quelques décennies, c'est surtout la nature du bénévolat qui a changé. On le fait parce que cela apporte du plaisir, parce qu'on se réalise. Il n'y a pas de sens du devoir, pas d'altruisme ou de réel engagement militant disent les auteurs, mais la notion d'épanouissement personnel.

Etre bénévole, c'est obtenir quelque chose pour soi: des contacts enrichissants, le sens de l'indépendance, voire de nouvelles compétences. Les valeurs « travail » et « famille » s'en trouvent un poil secoués, comme si désormais, s'épanouir en se rendant utile était l'antidote qu'ont trouvé les Français au délitement social constaté.

Une chronique de Sophie Bécherel

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.