école dépouillée
école dépouillée © Radio France
école
école © Radio France
Sortie d'école
Sortie d'école © Hélène Roussel

C'est ce qu'on appelle les "réajustements de rentrée". Lorsqu'une école voit arriver de nombreux élèves qui ont emménagé dans le quartier pendant l'été, et qu'elle se retrouve avec des classes très chargées le jour de la rentrée, elle peut demander une ouverture de classe.

Un inspecteur de l'Education nationale se déplace pour compter les élèves.

A l'inverse, des fermetures envisagées en juin sont parfois confirmés en septembre.

Les décisions sont prises après concertation avec les maires, les représentants de parents d'élèves et les syndicats d'enseignants. Il n'y a pas de norme nationale ; chaque département a son barème. Par exemple, dans le Rhône, dominé par la ville de Lyon, le seuil d'ouverture d'une classe est à 32 élèves en maternelle, 27 en élémentaire. En Seine St-Denis, il faut 27 élèves en maternelle et 25 en élémentaire pour ouvrir une classe. C'est encore moins en zone d'éducation prioritaire. Mais ces chiffres ne sont que des valeurs indicatives. On tient compte de critères sociaux. Une école dans un quartier favorisé pourra supporter des effectifs un peu plus nombreux.

On examine aussi la situation de l'école, milieu urbain, ou milieu rural, sa taille, la proximité ou non d'un autre établissement. Et puis, bien sûr, la pression des parents ou des maires fait parfois sérieusement baisser les seuils d’ouverture !

Une chronique deSonia Bourhan

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.