La Houle, à Saint-Guénolé
La Houle, à Saint-Guénolé © Radio France / Philippe Lefebvre

C'est vrai qu'à priori, cela peut paraitre surprenant, parce que le poisson est sans doute l'un des produits frais les plus sensibles aux ruptures de chaîne du froid. Mais pourtant, cela existe et pour le constater, je me suis rendu à Saint-Guénolé, dans le sud Finistère, où est basé La Houle, une entreprise de 11 navires qui débarquent avec la régularité du métronome près de 30 espèces de poissons

Depuis deux ans, Joseph Loussouarn, le patron de La Houle, vend une partie de son poisson sur Internet. Un nouveau débouché, explique-t-il, pour les amateurs de poisson ultra frais qui n'ont pas la chance d'habiter près d'un port

Le processus est simple : vous commandez votre poisson en fonction des arrivages sur Internet, et au maximum 30 heures plus tard, il se retrouve dans votre assiette, entier ou en filet. Entre temps, il aura voyagé dans une caisse isotherme habituellement utilisée dans le milieu médical

Au final, le poisson est plus frais que celui que vous achetez, par exemple, dans une grande surface, où il aura voyagé au moins 72 heures avant d'être mis en vente.

Et je ne vous parle même pas du temps entre la mise en rayon, l'achat, et le moment où vous allez le manger. Là, on est plus proche des 6 jours. Les tarifs sont sensiblement équivalents à ceux des poissonniers, mais comptez malgré tout un supplément d’une vingtaine d'euros de frais de port… Eh oui, la fraîcheur a un prix !

Une chronique dePhilippe Lefebvre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.