H5N1
H5N1 © uafcde

C'est la question que se pose l'Organisation Mondiale de la Santé. Une réunion se tiendra à huis clos jeudi et vendredi, à Genève. On se croirait dans un film de science fiction.

Un seul point à l'ordre du jour : les scientifiques néerlandais et américains ayant dévoilé en septembre dernier des mutations très virulentes du virus grippal H5N1 peuvent-ils publier entièrement leurs travaux ?

Le virus développé est mortel, très contagieux et pour la première fois, transmissible entre humains.

Les données doivent-elles être publiées, au risque de tomber entre de mauvaises mains ?

Ces travaux ont créé la polémique. Pour la première fois, à la demande du Bureau national américain de la science pour la biosécurité (NSABB), les revues Science et Nature n'ont pas publié une partie des résultats, à condition qu'un réel débat ait lieu sous l'égide de l'OMS.

Certains ont salué cette prudence, beaucoup ont crié à la censure d'un gouvernement américain qui, seul, a décidé du sort d'études concernant les scientifiques du monde entier.

Une chronique deValérie Cantié

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.