tabac
tabac © Fotolia / Ruslan Olinchuk

Celui-là, c'est celui dont on n'aime pas parler. Il dérange, il fait passer pour des empêcheurs de tourner en rond, pour d'abominables castrateurs de libertés. Et pourtant, si l'on prend la référence du Médiator pendant toute la période où il a été commercialisé en France, c'est-à-dire 33 ans, on estime le nombre de décès entre 500 et 2000.

Pendant ces mêmes 33 années, le tabac- car c'est bien de lui dont on parle- a tué 1,8 million de personnes. Dans un livre qui sort aujourd'hui aux éditions Odile Jacob (Interdire le tabac : l'urgence ! ), Martine Perez, journaliste spécialiste de la science et de la santé au Figaro, rappelle à quel point la France a tendance à ne pas voir arriver ce qui peut devenir en quelques jours un scandale sanitaire : médicaments, amiante… Pourquoi pas le tabac ?

Martine Perez ose donc ce que très peu de personnalités publiques -à part Jacques Attali- ont fait jusqu'à présent : expliquer pourquoi il convient d'interdire le tabac.

Car comment expliquer les interdictions des OGM et du Bisphénol A, légitimes sans doute au regard du principe de précaution, et continuer à diffuser massivement un produit dont les victimes réelles se comptent par millions ?

Un pays moderne, très en avance démocratiquement, -la Finlande- a programmé cette interdiction pour 2020, avec un vrai courage politique.

Une chronique de Danielle Messager__

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.