vins
vins © FOTOLIA

Même si nous avons souvent du mal à la reconnaître, les chiffres sont là : aujourd'hui, 70% du vin vendu en France est commercialisé par les grandes surfaces. Et c'est un marché tel que l'on trouve même, dans les rayons, du vin en appellation d'origine contrôlée aux couleurs des enseignes de la grande distribution ou sous des noms créés de toute pièce. Par exemple, vous trouvez des vins Paul Chanau, mais monsieur Chanau n'existe pas, c'est juste l'anagramme d'Auchan.

Pour ce qui est des foires aux vins, même si les enseignes tentent à grand renfort de catalogues, de nous faire croire que nous allons réaliser de bonnes affaires, c'est loin d'être le cas. Les bouteilles de rêve à petit prix, il y en a très peu. C'est ce que l'on appelle un produit d'appel, pour nous attirer dans le magasin. D'ailleurs, les magasins se couvrent en écrivant en tout petit sur les catalogues « dans la limite des stocks disponibles ».

Pour le reste, il faut faire très attention. Evitez les promotions comme « la sixième bouteille gratuite », car généralement, il s'agit de vin produit en grosse quantité ou de millésime pas très intéressant. Faites attention au conditionnement et au lieu de vente, notamment si la foire au vins se déroule sous une tente et qu'il y a un peu de soleil.

Enfin, si vous avez le temps, achetez une bouteille, goûtez-la et retournez dans le magasin le lendemain pour en acheter plus. Profitez-en, aussi, pour découvrir des appellations peut-être moins prestigieuses, mais qui pourront vous surprendre très agréablement.

Une chronique de Philippe Lefebvre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.